Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2011

Les points incontournables d'un ecoquartier

Éco-quartier

Article publié dans Aménagement du territoire et développement durable

 

 
Plan d'un éco-quartier

Un éco-quartier, ou quartier durable est un quartier urbain qui s'inscrit dans une perspective de développement durable : il doit réduire au maximum l'impact sur l'environnement, favoriser ledéveloppement économique, la qualité de vie, la mixité et l'intégration sociale.

il s'agit de construire un quartier en prenant en considération un grand nombre de problématiques sociales, économiques et environnementales dans l'urbanisme, la conception et l'architecture de ce quartier.

L'éco-quartier va intégrer en amont de sa conception de nombreux critères, notamment :

  • la gestion de l'eau : traitement écologique des eaux usées, épuration, protection des nappes phréatiques, récupération de l'eau de pluie pour une ré-utilisation dans le quartier
  • le traitement des déchets : collecte des déchets sélective, trirecyclagecompostage, traitement thermique
  • la stratégie énergétique : atteindre un bilan énergétique neutre, voire positif, c'est à dire que la production et la consommation d'énergie doivent au minimum se compenser. La politique énergétique du quartier durable devra reposer sur des énergies renouvelables, et la mise en place de système spécifiques, comme par exemple une usine de méthanisation
  • l'utilisation de matériaux locaux et écologiques pour la construction : éco-conceptionéco-constructionéco-matériaux
  • le respect des critères de la Haute Qualité Environnementale pour la construction
  • la mise en place de systèmes de déplacements propres : transports en commun, transport doux, réduction des distances
  • une politique de mixité et d'intégration sociale, avec toutes catégories de populations se mélangeant dans le quartier
  • la participation des citoyens à la vie du quartier, la mise en place d'une gouvernance
  • la création d'équipements, de commerces, d'infrastructures accessibles à tous

Selon le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire, un éco-quartier coordonne dans un même dynamique les éléments suivants :

  • la réponse à l’évolution démographique par une gamme de logements adaptés aux différentes situations et aspirations, dans un esprit d’équilibre social et inter-générationnel
  • la création d’une ville vivante et diversifiée, par la création d’emplois, et l’impulsion de nouvelles dynamiques économiques et commerciales
  • la promotion des "courtes distances", le développement de modes de transports alternatifs à la voiture individuelle, la promotion des modes doux et de la mobilité intermodale
  • des choix énergétiques raisonnés et le recours aux énergies renouvelables
  • l’utilisation des techniques, matériaux et dispositifs propres à l’éco-aménagement et l’éco-construction
  • la création de systèmes alternatifs d’assainissement et de gestion des eaux pluviales
  • une intégration de la prévention des risques et de la lutte contre les nuisances comme éléments constitutifs de l’optimisation du cadre de vie
  • la protection des paysages et une approche des espaces naturels comme valeur ajoutée à l’urbanité du quartier, et comme trame support de la biodiversité
  • une gouvernance renouvelée où la participation, l'information et la formation des différents acteurs permettent que les principes et innovations du nouveau quartier soient compris, acceptés et intégrés dans les pratiques et les gestes quotidiens de tous les habitants

De nombreux exemples d'éco-quartiers fleurissent en Europe : le quartier Bedzed de Londres, le quartier Vauban à Fribourg, ou encore le quartier B001 de Malmö. En France, la ville de Lille a pour projet de construire un éco-quartier de 10 000 habitants.

 

Premier plan dossier Le journal d’informations du puca plan|urbanisme|construction|architecture n°16 janvier-juin 2008

Concevoir un éco-quartier : PPlan16_eco_quartier.pdf

 

 

Lire la suite

Les 10 enjeux clés de l'Ecoquartier

Les 10 enjeux clés


Une qualité de vie et d’usage renouvelée

Adapter son mode de vie de façon à réduire son empreinte écologique constitue une opportunité de modifier au quotidien nos habitudes en bénéficiant de logements et de lieux de travail sains et confor tables, d’espaces et de services de proximité variés et de qualité (transport, commerces, santé, école...), d’espaces verts intégrés : autant de critères qui fonderont l’attractivité des villes de demain.
Parce que la vie collective n’est pas l’addition des vies individuelles, la qualité de vie se mesure tant du point de vue du logement individuel que des espaces collectifs, qui se partagent et se créent : espaces verts, lieux de culture et d’apprentissage, commerces de proximité de qualité…

Enjeux :


1. Des bâtiments innovants et performants, qui offrent des espaces de qualité et s’adaptent avec souplesse aux besoins de chacun

objectif : BIEN-ÊTRE

 

2. Une diversité de lieux et d’activités : habitations, espaces publics, activités économiques, services publics, établissements scolaires, commerces et services de proximité, équipements culturels, sportifs et citoyens

objectif : DIVERSITÉ

 

3. La maîtrise des risques sanitaires liés à la pollution de l’air, à la circulation, au bruit, et prévention des risques majeurs (technologiques et naturels).

objectif : SANTÉ



Un quartier qui recrée du lien et redonne du sens

Dans la ville d’aujourd’hui et de demain, le renforcement du lien social et la création d’un espace public de proximité sont des questions de premier ordre. En donnant aux habitants le droit de participer activement à l’aménagement et à la gestion de leur quartier, et par la présence de lieux et d’activités favorisant la rencontre avec l’autre, l’écoquartier doit apporter des réponses innovantes favorisant un « vivre ensemble » basé sur le respect et la coopération.

Enjeux :

 

4. Une mixité sociale et un équilibre générationnel, parce que la vraie richesse est dans la diversité et la transmission  

Objectif : MIXITÉ

 

5. Des moyens de transports diversifiés, reliés et abordables pour faciliter la mobilité des hommes et des biens,  des moyens de communication adaptés pour faciliter la mobilité de l’information

Objectif : MOBILITÉ

 

6. La participation de toutes et de tous à la création et à la gestion de l’éco-quartier, afin de garantir sa pérennité, son attractivité et son rayonnement

Objectif : PARTICIPATION

 

7. Le développement d’activités économiques de proximité (circuits courts), circulaires et solidaires.

Objectif : ACTIVITÉS



Un nouveau rapport au vivant

A travers les continuités écologiques, la diversité des espèces animales et végétales, l’exploration de nouvelles pratiques de production et de consommations sobres en carbone, l’éco-quartier respecte l’équilibre naturel et le restaure. Harmonieux et fluides, les liens qu’il tisse avec son environnement local s’inscrivent dans une démarche globale et sont porteurs de nouvelles valeurs qui réconcilient bien-être et sobriété.

Enjeux :


8. Une réduction ambitieuse des émissions de gaz à effet de serre afin de lutter contre le changement climatique : limitation des besoins en énergie, développement des énergies renouvelables, mobilité des personnes et des marchandises grâce à des modes de déplacement « doux ».

objectif : SOBRIÉTÉ


9. La préservation des milieux naturels et l’enrichissement de la biodiversité, notamment par une gestion différenciée des espaces verts et une continuité écologique.

objectif : BIODIVERSITÉ

 

10. Une gestion durable des ressources naturelles et le choix de matériaux de construction à faible impact environnemental.

objectif : DURABILITÉ

Informations issues du site suivant : http://www.eco-quartiers.fr/#!/fr/les-cles/les-10-enjeux-cles/

23/10/2009

Focus sur l'écoquartier

Focus sur l’écoquartier

ecoquartier.jpg

L’écoquartier nous démontre que sans être militant, nous pouvons parfaitement vivre dans un appartement moderne et être écolo. L’écoquartier est un projet urbain de réhabilitation intégrant des infrastructures économisatrices d’énergie et écologiques dans le but de réduire notre empreinte écologique. Cette tendance, née dans les pays du Nord, a pourtant du mal à  se développer chez nous. Pourtant, d’un point de vue environnemental, l’écoquartier ou quartier durable est une solution parfaite afin de minimiser notre impact écologique et ainsi offrir à nos générations futures un environnement durable.

Le principe de l’écoquartier

Confrontés aux extensions urbaines, aux problèmes physiques et environnementaux, l’écoquartier apparaît comme une issue afin de minimiser notre impact sur l’environnement et favoriser la mixité sociale, en :
- réduisant les consommations énergétiques (consommations au m² aussi faibles que possible, grâce aux énergies renouvelables…).
- incitation à l’utilisation de transports doux (transports en commun, vélo, marche à pied): les écoquartiers favorisent l’usage du vélo via la création de pistes cyclables, la présence de parking à vélo sécurisé, de voies piétonnes…
- diminuant les consommations d’eau : les eaux pluviales sont récupérées et utilisées pour arroser les espaces verts, nettoyer la voie publique ou alimenter l’eau des WC.
- limitant la production des déchets (tri sélectif, récupération, transformation…).
- favoriser la biodiversité (espaces verts respectueux de la faune et de la flore…).

Dans un écoquartier, les habitants sont généralement très impliqués et fidèles aux principes de développement durable.

Ces écoquartiers

Aux abords des villes européennes, les nouveaux quartiers écolos proposent de nouveaux styles de vie, aux proportions plus humaines. Couleurs et verdure sont leur marque de fabrique.

BedZed

 

quartier-de-bedzed-londres-1.jpg
bedzed-1.jpg

 

Au sud de Londres, dans la ville de Sutton, Beddington Zero Emissions Development (BedZED) est une initiative alliant architecture écologique, modes de transport doux et promotion du développement économique local. L’objectif est de permettre aux habitants de mener un mode de vie durable sans sacrifier la modernité, l’urbanité et la mobilité. Ainsi, le quartier regroupe 100 logements. Afin de réduire l’impact sur l’environnement,  on utilise de grandes baies vitrées privilégiant la lumière naturelle, des panneaux solaires, et on récupère l’eau de pluie. Quant à la ventilation, le vent s’en occupe. L’astuce judicieuse réside dans les compteurs. Les compteurs sont apparents et une led rouge clignote plus ou moins rapidement selon notre consommation électrique, ce qui nous fait prendre conscience de l’énergie que l’on consomme.

Hammarby

 

hammarby.jpg
hammarby-sjojtad.jpg
hammarby-sjojtad-2.jpg

Dans le quartier d’Hammarby à Stockholm, l’utilisation des énergies renouvelables et recyclables sont intégrées dans la vie quotidienne du quartier.
L’eau de pluie propre est récupérée puis reversée dans le canal, l’eau sale comme celle des toilettes est conduite vers une centrale d’épuration où elle est en partie transformée en biogaz. Un biogaz qui sera ensuite utilisé pour les bus et transports de la ville mais également pour faire fonctionner les cuisinières et alimenter le système de chauffage.
Quant aux déchets organiques, domestiques, papiers et journaux, ils sont triés et aspirés dans de grandes cuves avant d’être transformés en biogaz ou compost, recyclés ou tout simplement brûlés.
Là encore, un système judicieux qui évite l’utilisation du camion poubelle pour le ramassage de ces déchets, permettant ainsi une réduction des émissions de Co2. Ce quartier modèle a été observé par un grand nombre de délégations mondiales.

Eva-Lanxmeer

 

eva_lanxmeer.jpg
evalanxmeer.jpg

 

eva-_lanxmeer_piezometre_piezometer_2009.jpg



Près d’Utrecht, à Collenberg, le quartier durable d’Eva-Lanxmeer accueille des maisons individuelles, des logements sociaux, des résidences en autogestion ou des maisons d’architectes.
L’originalité de ce site réside dans son règlement, qui marque la vie en commun.
Premièrement, il faut accepter de ne pas garer sa voiture devant sa maison.
Ensuite, les barrières de jardins sont inexistantes. Le site a été conçu comme un paysage.
Dernièrement, il est interdit de vider des produits toxiques dans les éviers afin de ne pas détruire le système de traitement biologique de l’eau.

Le quartier durable attache donc une importance particulière aux principes de bonne gouvernance, à la mixité socio-économique, culturelle et générationnelle. Êtes- vous prêts à vivre dans un écoquartier?

06/09/2009

Les écoquartiers ont la côte

 

P_ecoquartier.jpg

 

 

DOPÉS PAR LE « GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT » ET LE RAPPORT DE LA COMMISSION ATTALI, VINGT PROJETS PILOTES ONT VU LE JOUR EN FRANCE. ILS S’INSPIRENT DES RÉALISATIONS D’AUTRES PAYS.

Paru le 01.04.2008 , par Keren Lentschner

D’ici quatre ans, la France pourrait compter dix « écopolis », des quartiers respectueux de l’environnement, capables de ne consommer que des énergies renouvelables. C’est, en tout cas, l’une des propositions chocs de la commission présidée par Jacques Attali. Elle a recommandé en début d’année la création de dix écoquartiers d’au moins 50 000 habitants. C’est-à-dire respectueux de l’environnement, capables de répondre à leurs besoins énergétiques. Dans la foulée du « Grenelle de l’environnement », le ministère de l’Écologie a, lui, consacré un site Internet aux écoquartiers qui recense en France vingt projets pilotes en cours d’études ou de travaux.

Dernier en date, celui de Rouen, qui a annoncé fin janvier la construction dès 2009 d’un nouveau quartier qui pourrait accueillir à terme 10 000 habitants. Il serait situé sur d’anciennes friches portuaires et industrielles des bords de Seine. Soit, au total, 80 hectares. Pistes cyclables, logements économes en énergie et transports en commun sont au programme. À Lille, sur le site de l’Union, un écoquartier pourrait aussi voir le jour. À Lyon, le quartier Confluence situé sur d’anciennes friches industrielles devrait être un exemple en matière environnementale. À Narbonne, le quartier du théâtre sera érigé à la place d’une ancienne station d’épuration. En région parisienne, L’Île-Saint-Denis aura elle aussi son écoquartier, Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) aura en 2011 son « quartier des temps durables » conçu par l’architecte Roland Castro. À l’étranger, quatre villes ont joué les pionnières :

 

LES EXPÉRIENCES MENÉES À L'ÉTRANGER

BEDZED, Grande-Bretagne

ecoquartier_bedzed.jpg

Nom de code pour Beddington Zero Energy Development. Le quartier a été créé de toutes pièces en 2002 au sud de Londres, dans le Surrey. Situé sur une ancienne friche industrielle, il compte aujourd’hui 250 habitants, logés dans 85 logements. BedZed regroupe aussi 2 500 m² de bureaux ainsi qu’une crèche. Là-bas, l’essentiel des matériaux de construction provient des 50 km alentour afin de limiter le transport, donc les émissions de CO2. BedZed a été conçu pour être autosuffisant en matière énergétique grâce à une centrale à cogénération installée sur place mais qui ne fonctionne plus aujourd’hui.

Les espaces de vie sont en partie chauffés grâce à des panneaux photovoltaïques. Récupération des eaux de pluie et sanitaires et transports « verts » sont également la règle. Sans parler des jardins suspendus que l’on retrouve sur les toits comme en étages des immeubles. Rien n’a été laissé au hasard, comme la location de voitures électriques dont les batteries sont rechargeables aux bornes situées en pied d’immeubles ou comme la moquette bio des appartements. Au final, BedZed consomme 56 % d’énergie en moins qu’une ville construite à la même époque.

VAUBAN, Allemagne (Fribourg)
ecoquartier_allemagne.jpg


Ici, les visites guidées continuent d’attirer plus de 8 000 touristes par an, en majorité français, surpris par la multitude de panneaux solaires, le four à pain collectif et les nombreux espaces verts. Vauban a été créé au début des années 1990 sur les 38 hectares de l’ancienne base militaire française de Fribourg. Cinq mille personnes peuplent aujourd’hui cet écoquartier. L’un d’eux a même créé une société comptant 2 000 abonnés qui permet d’utiliser une voiture au gaz pour un euro de l’heure. Sinon, il reste le vélo : il y en a trois pour deux habitants. À la station mobile, dans le parking, 1 000 places leur sont réservées.

VÄXJÖ, Suède

La mutation de cette ville de 80 000 habitants, récompensée l’an passé par la Commission européenne, date de 1980. Växjö transforme alors sa centrale thermique en unité de cogénération alimentée par les déchets de l’industrie forestière. Seize ans plus tard, elle s’engage à devenir une « ville sans combustible fossile ». Elle adopte en 2002 son premier écobudget annuel qui réglemente l’utilisation des ressources naturelles. En 2006, les élus de Växjö ont fait un pari supplémentaire : diminuer de 20 % la consommation d’électricité par habitant d’ici à 2015. La moitié de l’énergie consommée provient déjà d’énergies renouvelables.

MASDAR CITY, Abu Dhabi

Les travaux de construction de cette future ville de 50 000 habitants ont débuté en février. Il faudra sept ans au projet, qui coûtera 22 milliards de dollars, pour voir le jour. En 2006, le prince héritier de l’émirat n’a pas lésiné sur les moyens : il a réquisitionné les services de l’architecte britannique Norman Foster pour imaginer la première cité au monde prévue pour fonctionner avec un niveau zéro d’émission de CO2. En plein désert, l’énergie solaire devrait être à l’honneur.

DONGTAN, Chine

Située sur d’anciens marais de l’île de Chongming, cet écoquartier s’étendra en 2010 sur 86 km². Un moyen pour la Chine d’adopter une nouvelle approche, celle d’une croissance maîtrisée et durable dans un contexte de pénuries d’énergie. Quelque 500 000 personnes pourraient y habiter d’ici à 2050.

Le projet Masdar City, dans le désert d'Abu Dhabi, repose sur l'énergie solaire.

 

4e8f54d8-0a11-11dd-ab82-a7091e12da2e.jpg

 

 

 

 

 

 

 

25/04/2009

L'écoquartier, brique d'une société durable

L'écoquartier - ou quartier durable - cristallise en ce moment une énorme attention en France, en Suisse et en Allemagne. C'est vrai aussi bien dans la société civile qu'au sein des autorités publiques, tandis que les professionnels de la construction n'ont aucun intérêt à rester à l'écart de cette tendance.

L'écoquartier vise tout à la fois pour le milieu urbain des économies d'énergies et de matière, une meilleure gestion de l'eau, la mobilité douce, une qualité de vie faisant la part belle à la nature en ville et, plus fondamentalement, un urbanisme et des styles de vie durables. A la fois vitrine et symbole d'une évolution positive en profondeur de la société, l'écoquartier est l'expression tangible d'une politique intelligente de la ville et, en même temps, un fair-valoir pour ses promoteurs.

Au vrai, l'écoquartier propulse une écologie habituée à provoquer rejet et dénonciation en fer de lance d'un projet de société constructif et enthousiasmant, associant un mieux-être immédiat à la prise en compte à long terme de l'environnement. En apportant en outre une réponse à la dimension collective du défi écologique et en permettant de réelles avancées sur ce plan, l'essor des écoquartiers maintient à flot l'espoir que l'humanité saura relever la tête.

Ce blog est dédié aux écoquartiers en Europe et tout particulièrement à l'écoquartier Vauban situé à Fribourg-en-Brisgau en Allemagne. Il fait référence en Europe et de nombreuses collectivités s'en inspirent. Il concentre toutes les applications concrètes d'un quotidien écologique : maisons basse énergie, maisons passives, architectures solaires, production d'énergies renouvelables centralisée et décentralisée, mobilité douce, mixité sociale... etc.

Découvrez maintenant l'écoquartier Vauban dans toute sa dimension urbanistique, sociale, environnementale au travers des rubriques, liens et album photos. Je vous invite notamment à une visite virtuelle et en français en cliquant sur le premier lien intitulé "visite virtuelle du quartier Vauban". Laissez le temps aux vidéos de se télécharger pour mieux les visionner. De même, attendre une bonne minute pour visionner le diaporama de la centaine de photos prises sur place en avril 2009.

Vous êtes...
- dirigeant et/ou cadre dans les domaines de l'économie, de la politique, de l'éducation ou des sciences,
- spécialiste dans l'artisanat, le commerce, l'industrie, le tourisme ou l'administration,
- membre d'un groupement d'intérêts, d'une association ou d'une initiative citoyenne,
- une entreprise de production et de distribution d'énergie, une banque ou assurance,
- promoteur, architecte, ingénieur, installateur, urbaniste, sociologue ou écologiste,
- professeur, étudiant ou écolier,
... intéressé par les applications concrètes du développement durable, des énergies renouvelables ou de l'architecture écologique, ce blog est fait pour vous et pour la promotion des écoquartiers.