Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/04/2009

Un projet de quartier durable situé sur la péninsule de Greenwich dans la banlieue est de Londres.

Greenwich Millennium Village à Londres en Angleterre :
greenwich_cle013ede.gif


Le « Greenwich Millennium Village » est un projet de quartier durable situé sur la péninsule de Greenwich dans la banlieue est de Londres. Le projet se déroule en deux phases : une première phase, déjà achevée, de 1999 à 2006 où 1100 logements ont été construits et une deuxième phase de 2007 à 2014 durant laquelle 1650 logements supplémentaires doivent être construits.

CONTEXTE

• Le programme “Millennium Communities”

Ce programme a été lancé par l’agence nationale de rénovation urbaine, « English Partnerships », et par le ministère des collectivités et du gouvernement local afin de créer sept quartiers durables exemplaires au Royaume-Uni.
Le programme “Millennium Communities” se donne l’objectif de montrer comment des communautés durables peuvent être construites au XXIème siècle afin de donner de l’inspiration aux industriels du bâtiment et aux acheteurs.

• La reconversion de la péninsule de Greenwich

Le site de la péninsule de Greenwich, ancienne zone industrielle, fait l’objet d’une opération de reconversion de grande ampleur (121ha). Il s’agit de créer à l’est de Londres un nouveau quartier multifonctionnel comptant à terme 10 000 habitants. La construction proche du Dôme du millénaire, le plus grand du monde, a joué un rôle moteur dans cette opération. La péninsule est desservie par la ligne de métro Jubilee, récemment prolongée. L’originalité du projet est d’organiser un développement reposant sur le concept de développement durable, en utilisant des techniques d’aménagement et de construction d’avant-garde. C’est dans ce cadre que le quartier « Greenwich Millennium Village » a vu le jour.

DEMARCHE

• Un concours international

En juillet 1997, le vice-premier ministre, John Prescott lance un concours international pour trouver un aménageur capable de créer un quartier exemplaire en matière de développement durable. En février 1998, le vainqueur du concours est sélectionné. Le quartier va être aménagé par « Greenwich Millennium Village Limited », un consortium comprenant « Countryside Properties PLC », une société privée d’aménagement, et « Taylor Woodrow Developments Limited », un promoteur privé.

• Un quartier vitrine

Le « Greenwich Millennium Village » se veut un quartier vitrine des nouvelles techniques de construction plus durables. Les objectifs d’innovation technique fixés pour la première phase sont élevés : réduire la consommation d’énergie primaire de 80%, l’énergie utilisée pour la construction de 50%, la consommation d’eau de 30%, le prix de la construction de 30% et la durée des travaux de 25%. Les objectifs de la deuxième phase de 2007 à 2014 sont encore plus ambitieux.

MONTAGE

• L’application des labels environnementaux

Le projet met en application la « BREEAM Rating » (Building Research Establishment Environmental Assessment Method) pour évaluer la qualité environnementale d’un bâtiment. C’est la méthode de labellisation la plus largement reconnue au niveau international. Elle a été initiée en 1990 par l’organisme principal de recherche dans la construction au Royaume-Uni, le BRE. L’évaluation est basée sur des cotations attribuées selon un ensemble de critères de performance. Les neufs critères principaux sont : la gestion, santé et confort, énergie, transport, consommation d’eau, matériaux, utilisation du sol, écologie du site et pollution. Le contenu de la méthode est mis à jour tous les ans pour s’assurer de la prise en compte des meilleures pratiques en vigueur et tenir compte des évolutions techniques et législatives.

• Un plan d’aménagement à taille humaine

Le plan d’ensemble du quartier est organisé autour d’un parc écologique. Le principe du square londonien est réintroduit afin de rendre l’espace public à taille humaine, vivant et convivial. Le parc écologique couvre 50 hectares. Il est constitué d’une dizaine de milliers d’arbres et d’arbustes. Un lac est relié à des étangs avec des roseaux et des îles pour attirer les oiseaux. La gestion de ce parc est assurée par English Partnerships. Le village promeut les modes de transport durable comme la marche à pied et le vélo. Une ligne de bus relie le quartier à la nouvelle station de métro situé dans le nord de Greenwich. Un important réseau de cheminements piétons et cyclables a été aménagé pour inciter les habitants à se déplacer à pied ou à vélo. De même, des stationnements pour vélo ont été installés un peu partout dans le quartier.

• L’efficacité énergétique des bâtiments

Tous les logements ont des équipements peu consommateurs d’eau et d’énergie. Le plan d’ensemble du quartier et l’orientation des immeubles ont été conçus pour maximiser les gains d’énergie solaire. La chaleur et l’électricité dont le quartier à besoin est produite directement sur le site grâce à des petites centrales combinées chaleur et électricité au gaz. Ces centrales ont l’avantage de produire une source d’énergie peu chère et peu polluante. Enfin tous les logements ont une isolation thermique de qualité.

EVALUATION

• Des résultats prometteurs

Les résultats de la phase initiale sont prometteurs. La consommation d’énergie primaire a été réduite de 65% (amélioration des standards d’isolation, utilisation combinée de la chaleur et de l’électricité), la consommation de l’énergie utilisée pour la construction de 25% (sélection de matériaux recensés par le « BRE green guide », utilisation de produit recyclés), la consommation d’eau de 25%. Enfin, le prix des constructions a été diminué de 20% grâce à une valorisation de l’ingénierie, à une coopération avec les fournisseurs et à une standardisation des procédés de construction.

• Mettre en marche le secteur privé

Derrière les performances techniques, ce qui est intéressant, c’est la volonté de l’Etat de mettre en marche le secteur du développement durable en stimulant le secteur privé. Des partenariats sur le long terme ont été arrangés avec les industriels de la construction. Ils sont ainsi encouragés à investir dans la recherche et l’innovation sur le développement durable.

SOURCES :

La ville durable en Europe, DGUHC/PA4
Damien Petit, stagiaire MAD (DGUHC)

Les commentaires sont fermés.