Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2009

Un projet de "éco-rénovation urbaine"

Le quartier Vesterbro à Copenhague au Danemark : une requalification qui intègre les habitants
vesterbro_cle06f4a4.gif


TYPE DE QUARTIER

Ville : Copenhague 500 000 habitants
Site : Quartier ancien de Vesterbro
Initiative, Volonté initiale : Etat du Danemark, puis ville de Copenhague

ACTEURS

La ville de Copenhague
Le bureau coopératif de consultants pour la rénovation urbaine
Le centre pour la rénovation de Vesterbro
L’Etat
Les associations de quartiers
Les propriétaires
Les consultants

CONTEXTE

Copenhague, ville capitale de 500 000 habitants, forme le coeur d’une région urbaine abritant 1,7 millions d’individus, soit près du tiers de la population danoise.

Copenhague appartient à la vaste région Öresund qui englobe les régions de Scanie (Suède) et du Zealand (Danemark). Depuis l’an 2000, le pont Öresund - qui assure la liaison directe entre Copenhague et Malmö - enjambe le détroit pour mieux les relier.

Construit entre 1850 et 1920, le quartier de Vesterbro autrefois appelé “Inner Vesterbro” aligne des immeubles de 5 ou 6 étages maximum datant, pour 90% d’entre eux, d’avant 1900. L’insalubrité y est répandue :

64% des appartements ne possèdent pas de chauffage central ni d’alimentation en eau chaude sanitaire,

71% ne sont pas équipés de salles de bain

et 11% n’ont pas de WC.

Environ 6 100 habitants vivent à l’origine dans ce quartier très dense : étudiants principalement, mais aussi immigrés, retraités, chômeurs,... souvent en grande précarité. Propriété de particuliers ou de la ville, la plupart des appartements étaient en location.

Inéluctablement, le quartier commence à se transformer en ghetto où règnent le trafic de drogue et la criminalité et où le taux de chômage (20%) est deux fois supérieur à la moyenne nationale.

À l’issue d’une enquête, le Gouvernement décrète un “Acte de renouvellement urbain et d’amélioration des logements” qui fixe les grandes lignes des actions à mener, charge aux municipalités d’assurer les projets de rénovation.

GOUVERNANCE ET PILOTAGE DU QUARTIER

• Objectifs politiques et dispositifs de management du projet

En 1990, la ville de Copenhague crée un groupe de travail, au sein du département de l’Énergie, de l’Eau et de l’Environnement, chargé de réfléchir à la mise en oeuvre d’un plan de rénovation urbaine écologique sur le quartier ancien de Vesterbro.

Les premiers objectifs sur le quartier ont principalement pour but de réduire l’insalubrité ambiante.

En 2001, 10 objectifs de développement durable sont ajoutés :

système de chauffage urbain
énergie solaire passive
économies d’eau
économies d’électricité
murs végétalisés
gestion des déchets
pollution des sols
centre d’information écologique
mobilité
zones vertes

En 2004, la ville met en place des agences locales de l’Agenda 21 de Copenhague dans chacun des grands quartiers.

• Coproduction locale avec les habitants

L’une des originalités du projet de rénovation de Vesterbro est sans conteste la participation active des habitants à chaque étape du programme.

L’équipe de consultants a pu dialoguer avec les résidents pour finaliser les choix de rénovation. Pendant près d’un an avant le démarrage des travaux, un processus de concertation s’est déroulé selon plusieurs étapes, allant de la planification des axes et des objectifs généraux à une liste de priorités par blocs d’immeubles. Un délai de 8 semaines leur a été laissé pour faire connaître leurs objections au projet et leurs suggestions. Une fois les différentes remarques compilées et étudiées, les plans d’actions par îlots ont pu être définis.

Pendant la rénovation, certains résidents ont été relogés temporairement par la société de rénovation urbaine, en fonction de l’importance des travaux à réaliser dans les appartements. Quelques-uns uns ont été complètement refaits à neuf et voient leur surface habitable modifiée : combinaison de deux appartements pour n’en faire qu’un, division d’un grand appartement ou destruction et disparition de certains autres avec une expropriation à la clé...

vesterbro2_cle71fb3e.gif


Les espaces semi-privatifs de l’îlot

• Suivi, évaluation, capitalisation et partage, bilan des impacts sur les modes de vie

Des critères d’évaluation, spécifiques au quartier, ont été mis en place. Ils assurent le suivi de l’opération dans son ensemble et des progrès réalisés. Les projets de rénovation alimentent également une banque de données nationales sur l’écologie urbaine.

PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES DU QUARTIER

• Energie

vesterbro3_cle749f9e.gif


L’objectif général est l’intégration de techniques de réduction de consommation d’énergie dans la rénovation des immeubles du quartier. Cette démarche recherche en priorité une bonne qualité de l’air intérieur, un confort thermique pour les occupants et des économies, grâce à l’utilisation d’énergies renouvelables.

Le choix s’est surtout porté sur le solaire. Bonne orientation (au sud) des bâtiments, chauffe-eau solaire, cellules photovoltaïques, etc... On notera aussi l’utilisation de compteurs électriques individuels.

• Eau

Des critères d’évaluation, spécifiques au quartier, ont été mis en place. Ils assurent le suivi de l’opération dans son ensemble et des progrès réalisés. Les projets de rénovation alimentent également une banque de données nationales sur l’écologie urbaine.

• Déchets


Les communes danoises gèrent l’ensemble des déchets (ordures ménagères, déchets industriels...) : 50% vont à l’incinération, 3% sont mis en décharge et 47% dont destinés au recyclage.

A Vesterbro, des containers sont mis à disposition dans les cours intérieures des immeubles pour effectuer le tri d’une douzaine de types de déchets : verre, plastique, fraction biodégradable, métal, journaux, emballage cartons, vêtements, médicaments, peintures, acides, outils de nettoyage, compost...

vesterbro4_cle78a61f.gif


• Déplacements

Durant ces dix dernières années, le trafic a augmenté de 15% à Copenhague. Les services municipaux ont donc décidé d’élaborer un nouveau plan de déplacements urbains respectueux de l’environnement.

Ce document détaille la stratégie pour une mobilité durable dans la ville et la manière dont les impacts sur l’environnement peuvent être réduits.

Quelque 45 000 appartements dans Copenhague sont exposés au bruit du trafic à un niveau supérieur à 65 dB. À Vesterbro, l’isolation renforcée des immeubles a été choisie à la fois pour ses performances thermique et phonique.

Conséquence inattendue de la rénovation du quartier, la hausse du nombre de voitures particulières - pour se rendre sur les lieux de travail, situés dans les banlieues, mais également pour partir en week-end à la campagne - due à la croissance des revenus des habitants.

Cette augmentation des véhicules génère des problèmes de stationnement et de maîtrise des espaces publics. En conséquence, des places de parking ont dû être aménagées en périphérie du quartier.

La ville de Copenhague soutient fortement l’utilisation de la bicyclette en zone urbaine. Elle entretient un réseau de pistes et de routes cyclables qui est un modèle en Europe, et poursuit ses efforts par des mesures pratiques : développement de location gratuite de vélos dans plusieurs endroits de la ville (système de consigne), construction d’abris...

À Vesterbro, grâce aux cheminements piétonniers, les habitants profitent des efforts engagés en matière de verdissement du quartier. La mixité fonctionnelle de ce dernier leur permet, la plupart du temps, de se rendre à pied au supermarché, chez le médecin, à l’école et au travail.

QUALITE ARCHITECTURALE ET URBAINE

La ville de Copenhague applique la politique architecturale en vigueur au Danemark, à savoir privilégier le remplacement des vieux immeubles dont le caractère historique ou les éléments de façades ne sont pas indispensables à l’harmonie du quartier ou des îlots d’immeubles.

Encourager la construction de nouveaux bâtiments, dont l’architecture s’intègre au quartier, permet d’offrir des logements aux normes actuelles de qualité avec des espaces de vie plus grands.

Les bâtiments sont parfois dotés de murs végétalisés. Les anciennes cours intérieures des îlots ont été remplacées par des espaces verts pouvant être équipés d’abris pour les vélos, de containers à déchets, mais également d’étendoirs à linge.

Armés de ce principe, les architectes danois ont su créer à Vesterbro des blocs d’immeubles harmonieux mêlant des constructions d’architecture très contemporaine avec des bâtiments existants rénovés

• SOURCES Bibliographie/entretiens


www.miljoe.kk.dk/la21

www.areneidf.org
WWW.EUROPEANGREENCITIES.COM/DEM

Les commentaires sont fermés.