Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/05/2009

Et en France, qu'en est-il des écoquartiers ?

En 2007, la France commence à peine à entendre parler d'écoquartiers. Depuis, dix-huits écoquartiers sont en gestation aux quatres coins du territoire français.

A Bordeaux (Gironde), le maire s'inspire du quartier Vauban de Fribourg.

A Bonneville (Haute-Savoie), les élus partent visiter l'écoquartier Vauban.

Deux communes, deux projets et un seul et même exemple : Vauban.

Un éco-quartier à Troyes (Aude) : la gauche fait la fine bouche ou quand la politique s'en mêle au détriment de l'objectif essentiel : faire véritablement progresser la ville.

A Strasbourg (Bas-Rhin), bientôt des éco-quartiers.

Bordeaux (Gironde) :

Voici l'article publié par Metro en décembre 2007. On pouvait y lire qu'à cette date, il n'y avait pas encore d'exemple d'écoquartier en France.

 

metro-logo-190x64.gif

 

 

 

 

12-12-2007 01:23
Vers un écoquartier à L
a Bastide à Bordeaux, une expérimentation inspirée de l’étranger.

 

4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$78q3fco01rm8wgka5zv5s45z2u7g4nm.jpeg

Cette friche industrielle située à La Bastide accueillera le premier écoquartier de la communauté urbaine de Bordeaux.

Dans la CUB, il y a sept parkings gratuits pour les automobilistes titulaires d’un abonnement (hebdomadaire, mensuel ou annuel) délaissant la voiture au profit des transports en commun. Le prix est de 2,60 euros la journée pour les non-abonnés.
“En Suède, c’est un processus qui dure depuis vingt ans !” a déclaré Torsten Malamberg, responsable de la stratégie urbaine à Stockholm, où 140 hectares de marécages ont été investis en décembre 2000 par les premiers riverains de l’écoquartier Hammarby Sjöstad.
“Pas d’exemple en France”
Hier matin, parmi les orateurs du second atelier d’urbanisme consacré au devenir des 30 hectares de friches industrielles situées à l’emplacement des ex-entrepôts SNCF de la rive droite se trouvait Pascale Fouletier, conseillère en urbanisme pour le cabinet Cap Terre : “Nous avons été choisis vendredi par la ville pour établir, d’ici à cet été, le cahier des charges du futur aménageur. En France, il n’y a pas encore d’exemple d’écoquartier”, a-t-elle déclaré.
“Sur Bastide-I, on n’a pas réussi au niveau de la qualité environnementale des bâtiments, il n’y a pas de panneaux solaires ou de système de récupération des eaux pluviales, et les parcs-relais   (voir encadré) sont sous-dimensionnés”, a souligné Alain Juppé, qui part demain en Allemagne, à Fribourg, visiter un écoquartier considéré par les professionnels comme le plus abouti.


Bonneville (Haute-Savoie) :

FAUCIGNY
L'écoquartier fribourgeois fait des émules en ville
jeudi 02.04.2009, 14:00

132060-l-ecoquartier-fribou-2aa5c1_1.jpg.jpg


Il y a quelques mois des élus bonnevillois visitaient un écoquartier allemand. Aujourd'hui, par petites touches, ils tentent de reproduire en ville ce qu'ils ont vu.


Il travaux de l'avenue Pierre-Mendès-France sont désormais bien engagés. Dans les îlots intermédiaires, la végétation sera reine. Et peu tondue. « Nous allons y mettre une sorte de prairie, mélange de fleurs et d'herbe », explique Bernard Dupanloup, adjoint en charge des travaux. Un résultat attendu un peu campagnard que les élus de Bonneville ont découvert à Fribourg-en-Brisgau. La ville allemande située à une cinquantaine de kilomètres de Mulhouse et à à peu près autant de Staufen, ville jumelle de Bonneville, s'est taillée une vraie réputation d'écoville. On vient de partout pour visiter ses écoquartiers et en particulier le site Vauban (lire ci-contre). Les élus de Bonneville n'ont pas échappé à cette envie.
Bernard Dupanloup, Michèle Nagenrauft (adjointe à l'urbanisme) et Claude Servoz (environnement) se sont donc rendus dans le Brisgau (en train, cela va de soi  !), accompagné de Juliette Ferrand, la directrice des services techniques et de 2 membres d'un cabinet lyonnais d'études pour l'aménagement de zones urbaines écologiques. « Nous les avons rencontrés pour évoquer le quartier des Allobroges. C'est eux qui nous ont parlé de cet endroit et nous avons décidé d'y aller », explique Michèle Nagenrauft. C'était en juin 2008.
Accessible qu'aux cyclistes et aux piétons Depuis, les élus n'ont de cesse de reproduire ce qu'ils ont vu. Avenue Pierre-Mendès-France donc où, en plus, la voie de bus derrière l'école du Bois Jolivet sera recouverte de dalles végétalisées et accessible qu'aux seuls piétons, cyclistes et bus. Un bassin de récupération des eaux sera également aménagé selon le modèle fribourgeois. Et dans le futur, d'autres écotrouvailles devraient voir le jour à Bonneville.
Les voitures exclues Parkings à étages, toitures végétalisées et panneaux solaires à gogo des habitants allemands ont enthousiasmé les Bonnevillois. «  Les voitures sont presque exclues du quartier », note encore Bernard Dupanloup, citant des parkings à l'entrée et un réseau de tramway dense. « Et dans les cours d'écoles, il n'y a pas de clôtures, mais des rochers, des ronces et des mares », s'extasie Michèle Nagenrauft qui ajoute « il faudra que les mentalités évoluent pour que l'on voit ça chez nous. » Car la végétation est partout et pas forcément taillée ras. « Cela donne un effet de nature dans la ville. Le silence y est saisissant et on entend vraiment les oiseaux chanter », complète encore l'adjointe à l'urbanisme. En attendant des cours de récré sans barrière et des végétaux fous en ville, les élus planchent sur un modèle réduit de cet écoquartier, « boulevard des Allobroges, avec des immeubles de même hauteur et à haute qualité environnementale. Même si cela se fait petit à petit, nous menons une écoréflexion globale sur ce quartier », explique l'adjointe à l'urbanisme. Idem lors de la rénovation du quartier du Bouchet : la végétation aura un petit air fribourgeois.

Alexandra Collomb

Troyes (Aude) :

Un éco-quartier à Troyes : la gauche fait la fine bouche

 

35542d200360986ffb29f0bfc8297a38.jpg

Vendredi 3 avril 2009

Jamais contente. La gauche a paraît-il décidé d’offrir l’image d’une opposition constructive. Constructive, peut-être… mais jamais contente, c’est certain. L’annonce de la création d’un éco-quartier avait de quoi faire naître un consensus. Le projet qui occupera un espace de 4 ha de long de l’avenue Chomedey, apportera incontestablement une valeur ajoutée à cette partie de la ville. Mieux encore, avec celui de Pont-Sainte-Marie, porté par Pascal Landréat, il permettra de diffuser les pratiques d’un urbanisme écolo tournée vers la sobritété et la qualité de vie.

Et pourtant, la gauche fait la fine bouche. Elle pinaille sur les mots, chicane sur les détails, bougonne et ronchonne sans véritablement rien construire. L’éco-quartier ne lui plait guère. Difficile pourtant de dire qu’elle s’y oppose. Le concept est dans l’ère du temps. Mais impossible de soutenir un projet porté par le félon Marc Bret !

La gauche sort alors de sa besace un concept fumeux : l’écoville. L’éco-quartier, c’est bien, nous dit Jaïm Myara et Jean-François Planchet (président de l’annexe socialiste l’association Troyes pour Tous) mais il faudrait une écoville. Pourquoi pas. Et même une éco-agglo, rajoutent-ils !

Pourquoi diable s’arrêter en si bon chemin ? Ah non ! C’est un peu court… On pouvait dire, Oh ! Dieu ! bien des choses en sommes ! C’est un éco-département qu’il nous faut ! Une éco-région, un éco-pays ! Que dis-je un éco-pays ! une éco-planète ! Plus, toujours plus, encore plus. C’est toujours mieux que de saluer un projet porté par Marc Bret.

Mais revenons, un instant sur l’écorégion. Une écorégion, ça aurait de la gueule. Ça tombe bien, Jaïm Myara détient les manettes du pouvoir régional. Peut-il le faire ? Oui, il peut le faire ! En tout cas autant que le Sar Rabindranath Duval, interprété par Pierre Dac. Pour preuve, en 2007, le conseil régional déclarait vouloir faire de la Champagne-Ardenne la « Première éco-région de France à l’horizon 2010 ». Une promesse qui comme l’éco-ville, ne mange pas de pain. Abracadabra ! 2 ans plus tard, quelques millions investis dans les agrocarburants, une aide ré-affirmée au nucléaire, aux projets autoroutiers, l’échec de l’électrification Paris-Bâle… l’éco-région a du plomb dans l’aile, du gros et du lourd.

Finalement, l’éco-quartier qui sans doute, verra le jour dans les prochaines années vaut mieux que les vaines promesses d’une éco-région, ou les concepts fumeux d’une éco-agglo. S’opposer à tout prix donne parfois le tournis à nos élus et leur font perdre de vue l’objectif essentiel : Faire véritablement progresser notre ville.

Strasbourg (Bas-Rhin) :

Un projet pilote d'éco-quartier comprenant 500 à 700 logements devrait voir le jour en 2011 dans la ville de Strasbourg. D'autres projets d'expérimentation environnementale sont également en cours de préparation.

Parce qu'elle souhaite refaire rêver à la ville et créer des quartiers où il fait bon vivre, la ville de Strasbourg a annoncé son projet de mettre en place plusieurs éco-quartiers sur son territoire. Si le choix des périmètres est actuellement à l'étude, ils concerneront l'aménagement de zones vierges (friches ou zones non bâties), mais également des secteurs existants et faisant l'objet de projets de développement ou de renouvellement urbains. L'enjeu principal de cette démarche étant de faire coïncider exigences environnementales et attentes des ménages, indique la ville.

Partant de ces objectifs, un premier projet d'éco-quartier a déjà été lancée par les Verts, en décembre 2007 et approuvé depuis par la Communauté urbaine de Strasbourg en février. Il prendra place dans la ZAC Danube, un terrain de sept hectares situé à proximité du port du Rhin et qui recouvre plus particulièrement une ancienne zone industrielle qui a nécessité sa dépollution par Gaz de France avant cession à la collectivité.

50% des logements destinés au locatif social

Déjà, le projet pilote prévoit d'abriter entre 500 et 700 logements à basse consommation (50 kWh/ m²/ an). L'offre sera également complétée d'équipements, de bureaux ainsi que de commerces afin de créer des services manquants mais également de rendre le quartier plus attractif pour les habitants voisins. Aussi, la création d'une maison de retraite ou encore d'une école sont actuellement à l'étude.

L'organisation du quartier devrait quant à elle prendre la forme d'îlots épais, permettant une diversité de typologie d'immeubles et valorisant les espaces verts. Le quartier bénéficiera en plus, d'une architecture contemporaine mais aussi d'une organisation favorisant les transports en communs et les déplacements piétons et cyclistes.

Enfin, afin de s'inscrire pleinement dans les principes constitutifs de la notion d'éco-quartier, le projet Danube devra répondre à plusieurs critères. À titre d'exemple, la mixité sociale sera renforcée avec 40 à 50% des logements destinés au locatif social et à l'accession sociale à la propriété. Une nouvelle approche de la place de la voiture notamment sur les normes de stationnement est également au goût du jour.
Une synthèse de ces réflexions en décembre permettra plus particulièrement d'aboutir à un nouveau programme et l'alimenter un nouveau cahier des charges de consultation d'aménageurs.

Plusieurs appels à projets

Si la ville de Strasbourg a annoncé vouloir entreprendre d'autres projets d'éco-quartiers de l'ordre de 100 à 300 logements, y compris dans des quartiers défavorisés, elle ne souhaite pas limiter la prise en compte de l'environnement et du développement durable aux seuls périmètres d'éco-quartiers. Un appel à projet sur des terrains de taille réduite, inscrits dans le tissu bâti existant, est donc en cours de préparation.

En effet, si de plus petits secteurs ne permettent pas forcément une prise en compte de l'ensemble des composantes de l'éco-quartier, ces projets peuvent néanmoins permettre des expérimentations comme la maîtrise des consommations énergétiques, le recours à des matériaux sains, ou encore la végétalisation des façades et des toitures.

Le premier projet devrait viser notamment le développement d'une architecture contemporaine et l'expérimentation environnementale au sein de la ville. Son appel devrait être lancé fin 2008 ou début 2009.

M. BERNARD

Commentaires

ECOREGION est une marque déposée auprès de l’INPI - BAILLY

“Le concept d’écorégion” est une stratégie de gestion du risque climatique, énergetique alimentaire et sanitaire qui a donné lieu en Février 2006 au colloque “les premières assises du Limousin sur le thème " Agriculture écorégionale et dérèglement climatique" !

Ce "concept d’écoregion" (Etude en ligne sur le site de Notre planete Info intitulée "vers une démarche écorégionale ou comment reconstituer le système immunitaire d’une région") ) créé en avril 2005 par Emmanuel BAILLY a ensuite été adapté pour le livre ” Terres d’avenir pour un mode de vie durable” paru aux editions ALPHEE en Avril 2007.

Un film documentaire réalisé par Coline SERREAU et au Grand Ecran à partir du 15 MARS 2010 intitulé ” Solutions locales pour un désordre global” met l’accent sur ce concept d’écorégion.

Ce concept semble plaire à de plus en plus de partis politiques et d’élus (notamment la Région Ile de France... avec beaucoup de maladresse et avec une totale absence d’autorisation pour la reproduction d’extraits empruntés au texte original dans des publications officielles de la Région IDF...)

Ce concept est le fruit d’un travail de recherche de plusieurs années mené sans aide financière et sans soutien.

Pour Info : “ECOREGION” est une marque déposée auprès de l’INPI depuis juillet 2007.

Pour Rappel : L’utilisation du terme “ECOREGION” sans une autorisation explicite de son Auteur, dépositaire et propriétaire de la marque ” ECOREGION”, donnera lieu au versement d’une indemnité financière.

Écrit par : BAILLY | 06/01/2010

Cet article est la reproduction d'un article paru dans METRO. Souhaitez-vous que cet article soit retiré du blog écoquartier ? Il me parait important pourtant de porter à la connaissance du plus grand nombre toutes les informations utiles au sujet des écoquartiers, tant celles qui servent la cause que celles qui les desservent. C'est faire preuve d'objectivité et d'impartialité sur le sujet. Bien cordialement.

Écrit par : ecoquartier | 07/01/2010

Je n'ai rien a dire sur cet article.
J'apporte juste un commentaire sur l'utilisation du mot ECOREGION qui est soudainement devenu très à la mode ces derniers temps..
Ce que je "surveille" c'est surtout l'utilisation superficielle à des fins politiques de ce concept.
Rassurez vous je n'ai pas envie de voir disparaitre ces excellents articles portés sur votre site.

Cordialement

Écrit par : BAILLY | 16/01/2010

L'équipe d'Ecoquartier vous remercie pour votre position. Nous sommes également très vigilants aux faux-écoquartiers qui n'ont d'écoquartiers que le nom ! Le contenu et le contenant doivent être cohérents. Bien à vous.

Écrit par : ecoquartier | 16/01/2010

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai œuvre d'écriture. Poursuivez

Écrit par : serrurier paris 20 | 21/07/2014

Les commentaires sont fermés.