Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/09/2009

Les écoquartiers ont la côte

 

P_ecoquartier.jpg

 

 

DOPÉS PAR LE « GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT » ET LE RAPPORT DE LA COMMISSION ATTALI, VINGT PROJETS PILOTES ONT VU LE JOUR EN FRANCE. ILS S’INSPIRENT DES RÉALISATIONS D’AUTRES PAYS.

Paru le 01.04.2008 , par Keren Lentschner

D’ici quatre ans, la France pourrait compter dix « écopolis », des quartiers respectueux de l’environnement, capables de ne consommer que des énergies renouvelables. C’est, en tout cas, l’une des propositions chocs de la commission présidée par Jacques Attali. Elle a recommandé en début d’année la création de dix écoquartiers d’au moins 50 000 habitants. C’est-à-dire respectueux de l’environnement, capables de répondre à leurs besoins énergétiques. Dans la foulée du « Grenelle de l’environnement », le ministère de l’Écologie a, lui, consacré un site Internet aux écoquartiers qui recense en France vingt projets pilotes en cours d’études ou de travaux.

Dernier en date, celui de Rouen, qui a annoncé fin janvier la construction dès 2009 d’un nouveau quartier qui pourrait accueillir à terme 10 000 habitants. Il serait situé sur d’anciennes friches portuaires et industrielles des bords de Seine. Soit, au total, 80 hectares. Pistes cyclables, logements économes en énergie et transports en commun sont au programme. À Lille, sur le site de l’Union, un écoquartier pourrait aussi voir le jour. À Lyon, le quartier Confluence situé sur d’anciennes friches industrielles devrait être un exemple en matière environnementale. À Narbonne, le quartier du théâtre sera érigé à la place d’une ancienne station d’épuration. En région parisienne, L’Île-Saint-Denis aura elle aussi son écoquartier, Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) aura en 2011 son « quartier des temps durables » conçu par l’architecte Roland Castro. À l’étranger, quatre villes ont joué les pionnières :

 

LES EXPÉRIENCES MENÉES À L'ÉTRANGER

BEDZED, Grande-Bretagne

ecoquartier_bedzed.jpg

Nom de code pour Beddington Zero Energy Development. Le quartier a été créé de toutes pièces en 2002 au sud de Londres, dans le Surrey. Situé sur une ancienne friche industrielle, il compte aujourd’hui 250 habitants, logés dans 85 logements. BedZed regroupe aussi 2 500 m² de bureaux ainsi qu’une crèche. Là-bas, l’essentiel des matériaux de construction provient des 50 km alentour afin de limiter le transport, donc les émissions de CO2. BedZed a été conçu pour être autosuffisant en matière énergétique grâce à une centrale à cogénération installée sur place mais qui ne fonctionne plus aujourd’hui.

Les espaces de vie sont en partie chauffés grâce à des panneaux photovoltaïques. Récupération des eaux de pluie et sanitaires et transports « verts » sont également la règle. Sans parler des jardins suspendus que l’on retrouve sur les toits comme en étages des immeubles. Rien n’a été laissé au hasard, comme la location de voitures électriques dont les batteries sont rechargeables aux bornes situées en pied d’immeubles ou comme la moquette bio des appartements. Au final, BedZed consomme 56 % d’énergie en moins qu’une ville construite à la même époque.

VAUBAN, Allemagne (Fribourg)
ecoquartier_allemagne.jpg


Ici, les visites guidées continuent d’attirer plus de 8 000 touristes par an, en majorité français, surpris par la multitude de panneaux solaires, le four à pain collectif et les nombreux espaces verts. Vauban a été créé au début des années 1990 sur les 38 hectares de l’ancienne base militaire française de Fribourg. Cinq mille personnes peuplent aujourd’hui cet écoquartier. L’un d’eux a même créé une société comptant 2 000 abonnés qui permet d’utiliser une voiture au gaz pour un euro de l’heure. Sinon, il reste le vélo : il y en a trois pour deux habitants. À la station mobile, dans le parking, 1 000 places leur sont réservées.

VÄXJÖ, Suède

La mutation de cette ville de 80 000 habitants, récompensée l’an passé par la Commission européenne, date de 1980. Växjö transforme alors sa centrale thermique en unité de cogénération alimentée par les déchets de l’industrie forestière. Seize ans plus tard, elle s’engage à devenir une « ville sans combustible fossile ». Elle adopte en 2002 son premier écobudget annuel qui réglemente l’utilisation des ressources naturelles. En 2006, les élus de Växjö ont fait un pari supplémentaire : diminuer de 20 % la consommation d’électricité par habitant d’ici à 2015. La moitié de l’énergie consommée provient déjà d’énergies renouvelables.

MASDAR CITY, Abu Dhabi

Les travaux de construction de cette future ville de 50 000 habitants ont débuté en février. Il faudra sept ans au projet, qui coûtera 22 milliards de dollars, pour voir le jour. En 2006, le prince héritier de l’émirat n’a pas lésiné sur les moyens : il a réquisitionné les services de l’architecte britannique Norman Foster pour imaginer la première cité au monde prévue pour fonctionner avec un niveau zéro d’émission de CO2. En plein désert, l’énergie solaire devrait être à l’honneur.

DONGTAN, Chine

Située sur d’anciens marais de l’île de Chongming, cet écoquartier s’étendra en 2010 sur 86 km². Un moyen pour la Chine d’adopter une nouvelle approche, celle d’une croissance maîtrisée et durable dans un contexte de pénuries d’énergie. Quelque 500 000 personnes pourraient y habiter d’ici à 2050.

Le projet Masdar City, dans le désert d'Abu Dhabi, repose sur l'énergie solaire.

 

4e8f54d8-0a11-11dd-ab82-a7091e12da2e.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Bravo pour votre blog !

J'apprécie vos analyses et les références abondantes.

Je voulais vous informer que je fais depuis juin dernier un blog sur l'urbanisme durable, je vous donne l'adresse :
http://habiterdd.midiblogs.com/

Je présente notamment des écoquartiers que j'ai visité récemment et je témoigne des mes lectures.
Je serais heureuse d'avoir des échanges avec vous.

Bien cordialement,

Aura Penloup

Écrit par : Aura Penloup | 07/09/2009

Les commentaires sont fermés.