Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/07/2009

Quartiers sans voitures : l'idée est loin de faire l'unanimité

 

Dans un pays, l'Allemagne, où plus d’un quart des ménages ne possèdent pas de véhicule, plusieurs quartiers sans voiture sont créés, même si l’idée est loin de faire l'unanimité. État des lieux et analyse dressés à partir d'une étude de l’ILS, l'institut de recherche pour le développement urbain et régional du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, à Dortmund.

Cliquer sur le lien suivant pour consulter l'étude : FR_S06-2.pdf

 

Les potentialités d'un quartier sans voitures

Veuillez cliquer sur le fichier pdf suivant pour découvrir le quartier sans voitures GWL Terrein à Amsterdam :

Terrain : 6 Ha distant de 3 km du centre d'Amsterdam et desservi par une ligne de tramway

Nombre de logements : 591 dont 273 à caractère social et 318 habités par les propriétaires

Phase de réalisation du projet : entre 1994 et 1998

Augmentation du prix des logements privés entre 1998 et 2003 : + 100%

Nombre de véhicules par logement : 0,3 automobiles qui se retrouvent dans un parking de 135 places en périphérie. On compte 172 voitures, chiffres en baisse de 20% depuis l'emménagement des résidents et 1346 vélos pour 1000 résidents

Découvrez également les contraintes et limites d'un tel projet.

Vivre sans voiture : le déclic nécessaire

Vivre sans voiture : le déclic nécessaire

Quitter nos réflexes automobiles n’est pas toujours des plus simples. Ainsi, lorsque l’on habite à la campagne, il faut reconnaître qu’il est difficile de faire sans voiture. Par contre, dans les grandes villes, on pourrait souvent s’en passer mais (et là, je fais part de mon expérience personnelle), on trouve toujours des “bonnes raisons” pour ne pas franchir le cap !….même si on utilise très peu notre voiture. On se dit ….. “Le jour où je dois aller aux urgences pour mes enfants, la fois où nous souhaitons partir en week end…..”

 

Aussi, les “villes” devraient nous aider à franchir le cap, en s’organisant pour être vivables sans voiture. Des associations sont également très actives sur ce sujet et je trouve que le mouvement Carfree né à l’étranger (Allemagne, USA et Angleterre principalement) dans les années 90 est une approche intéressante.

 

 

L’objectif de cette initiative est de montrer que l’on peut vivre sans voiture, et que la ville est plus agréable sans cette dépendance. En Allemagne, les associations sont très actives, avec des antennes dans les plus grandes villes. Leur travail est de sensibiliser les citoyens, de repérer les espaces constructibles et d’influencer les promoteurs pour qu’ils se lancent dans des “quartiers sans voiture”.

A ce jour, plus d’une dizaine de quartiers a vu le jour et la ville de Munich s’est fixée comme objectif, d’ici 2015, d’avoir 10.000 logements “sans voiture”.

Le principe est de construire des habitations à proximité des transports en commun existants, et des commerces de proximité. Les règles de vie dans le quartier interdisent complètement le recours à la voiture, tout comme la construction de parking en périphérie du quartier. Bref, en habitant dans un tel quartier, vous allez au bout de la logique d’abandon de la voiture.

 

 

Cependant, même si cette dernière est nuisible (pollution atmosphérique, sonore, accidents…) , elle n’en reste pas moins utile et nécessaire dans certaines situations, d’où des solutions d’auto partage mises en place dans ces quartiers.

 

Le dernier exemple allemand nous vient de Cologne, avec un quartier “sans voiture” sur 4 hectares et ayant pour promoteur, une société privée. Les premiers occupants de ce quartier (dès janvier 2007) sont satisfaits de leur nouvelle vie à hauteur de 95%!

 

En France, le mouvement Carfree est présent sur la toile depuis le début de l’année et cherche à sensibiliser un maximum de citoyens. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais ….si l’on me propose des environnements clairement adaptés à une vie sans voiture, avec des solutions alternatives de déplacement ……je franchis le cap et j’abandonne définitivement mon automobile. Pas vous ?


A Strasbourg, un écoquartier sans voitures ?

 

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Par  Manuel Plantin (06h30)

 

Entre le Vaisseau et le multiplexe, un terrain stimule l’imaginaire des politiques Strasbourgeois. Présenté en 2006, le projet « Danube » de la municipalité prévoit ainsi la construction de 500 logements, d’une maison de retraite, d’une école et de bureaux sur les 5,5 hectares pris entre la rue Alfred-Kastler, la RN 4, la rue Landsberg et le bassin Dusuzeau. Et voilà que les Verts lancent à leur tour un projet pour ce même site.

En effet, le candidat Vert Alain Jund et son équipe ont présenté, ce samedi 1er décembre, le cahier des charges du quartier « écologiquement et sociologiquement exemplaire » qu’ils construiront en cas de victoire en mars.

JPG - 21.1 ko
L’emprise du projet Danube de la municipalité et de l’éco-quartier des Verts. (Infographie DNA - Stephen Reading)

Ce cahier des charges détaillé encadre le « concours d’idées » lancé dans la foulée et ouvert à tous. []

Pour Alain Jund, il s’agit de penser et de faire« un de ces éco-quartiers dont on parle tant ». Le candidat PS, Roland Ries a précisé récemment que les socialistes intégreraient un projet d’éco-quartier à la partie Environnement de leur programme. De même, le tandem UMP a fait de l’écologie un de ses thèmes de prédilection. Politiquement, les Verts doivent donc défendre leur héritage politique.

0,2 place de stationnement par logement

Au programme, pour cet éco-quartier : une faible consommation énergétique, 50% de logements sociaux et pas de voitures... ou presque. De fait, le cahier des charges prévoit 0,2 place de stationnement par logement. Seules les personnes handicapées ou certaines professions (santé, services d’urgence, taxis) auront donc droit à une place dans un silo à voitures.

Pour l’urbaniste Micha Andreieff, présent ce samedi aux côtés d’Alain Jund, il s’agit d’un contrat. Opter pour cet éco-quartier situé à quelques mètres de la station de tram Churchill, suppose « d’abandonner la voiture ».

Et vous, seriez-vous prêt à abandonner votre auto pour vivre dans un éco-quartier construit à deux pas d’une station de tram ?

Lire également les DNA-Strasbourg de ce dimanche.

Tags : Verts

[] Les projets lauréats auront droit à une publication, peut-être à un prix, en tout cas à un dédommagement pour les frais d’impression. Pour tout renseignement : alainjund2008@yahoo.fr

Commentaires

1. dimanche 2 décembre 2007 à 09:07, par Marc40

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Je ne possède pas de voiture pour raison écologique. Mais on veut nous faire croire qu’un jour, la voiture aura disparu. Peut-être, avant de prendre des décisions draconiennes, faudrait-il se renseigner pour connaître les énergies non polluantes, et elles existent, qui un jour (dans 10-15 ans), remplaceront les énergies fossiles en voie de disparition.

En attendant des voitures hybrides ne polluant presque plus ou plus vont être mises sur le marché. Je vous conseille de compulser un intéressant article dans Science et Vie de décembre 2006, page 89 : des études sont entreprises en Italie et aux Etats-Unis pour transformer le CO2 en carburant. Des études sont également en cours au CNRS de Strasbourg au laboratoire des matériaux surface et procédés pour la catalyse, Monsieur Gauthier Winet et à l’Université Louis Pasteur, toujours à Strasbourg. De plus ce nouveau carburant pourra être utilisé dans nos moteurs actuels.

Il ne faut pas faire croire à tout le monde que la voiture va disparaître et les urbanistes devront tenir compte de cet état de fait. La lutte contre le réchauffement climatique est primordiale... , mais ne perdons pas les pédales, et, entre autres, prévoyez 1,3 parking par appartement. Je suis pourtant un énorme écolo.

2. dimanche 2 décembre 2007 à 16:56, par benjamin

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Bonjour,

rien ne prouve aujourd’hui que les fameuses "voitures propres du futur" existeront un jour.

Et rappelons quand même qu’une voiture n’apparaît pas sur terre par miracle, mais grâce à un lourd processus de fabrication, très lourd en matières premières, en énergies et en eau.

De plus, la société actuelle du tout-voiture a des conséquences que les "voitures propres" ne résoudront pas : suroccupation de l’espace public par la voiture, délocalisation des productions (notamment alimentaires), disparition des commerces de proximité, etc...

La diminution de la place de la voiture n’est dons pas qu’une question de CO2, c’est tout un mode de vie qui est à redéfinir.

Benjamin Sibold, Strasbourg Ville verte ouverte et solidaire

3. dimanche 2 décembre 2007 à 18:10, par sauverlaplanete

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Par sauverlaplanète. Réponse à Marc40 (N° 1). Les matières premières de toutes sortes (minerais, bois, etc), y compris les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon, uranium) deviennent de plus en plus rares, et donc de plus en plus chères. Le prix des voitures neuves ne va donc cesser d’augmenter, tout comme les prix des carburants, quels qu’ils soient. Cela concerne aussi les "nouveaux" carburants dont vous parlez, et dont l’avenir est très incertain.

En ce qui concerne l’éco-quartier des Verts de Strasbourg, vous parlez de "décisions draconiennes". C’est un peu bizarre pour un "énorme écolo" (je vous cite). Vous faites de la comm pour les voitures et les carburants. Vous réclamez 13 emplacements de parking , pour 10 appartements, dans unquartier très central desservi par les bus et le tramway. Dans quasiment chacun de vos messages sur ce blog, vous éprouvez le besoin de nous rappeler que vous ne possédez "pas de voiture pour raison écologique", et que vous êtes un "énorme écolo", ce que nous ne pouvons pas vérifier. Pourquoi un tel besoin ?Depuis 25 ans que je gravite dans les milieux écologistes français et étrangers, je n’ai jamais entendu le discours que vous tenez. Et pourtant, il ya beaucoup de scientifiques, de chercheurs, d’urbanistes et d’architectes parmi les écologistes.

Je suis sûr que tous les écologistes (politiques ou associatifs) chevronnés et avertis ont facilement identifié votre rhétorique, à laquelle ils sont habitués chez leurs "adversaires" politiques. Dans votre cas, la ficelle est même un peu grosse. En ce qui me concerne, Monsieur Marc40, et avec tout le respect que je vous dois, je suis à 99% sûr que vous représentez le lobby de l’automobile.

4. dimanche 2 décembre 2007 à 19:30, par yvos

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

A Marc40.

Eh ben ... ça barbotte dans les clichés ...

N’auriez vous pas encore remarqué que des parties complètes du centre-ville sont interdites aux voitures ? N’auriez vous pas encore remarqué qu’une grande partie de la ville a été construite avant qu’existe la voiture ... et que ,si si, des gens y habitent ... et des gens heureux même.

Ne savez-vous pas qu’il y a une demande sociale comme commerciale pour ce genre d’écoquartiers ?

Trouvez vous que c’est d’une bonne gestion économique ... de d’abord tout aménager pour la voiture ... puis d’en faire des zones piétonnes ensuite. Alors pourquoi ne pas le faire tout de suite ... d’autant plus que la voiture ... il y en a de plus en plus qui n’en veulent plus ou pour qui ça devient trop cher.

Et l’économie d’espace, les accidents d’évités, le calme ... vous y pensez ?

Allez faire un tour à l’écoquartier de Fribourg ... et puis revenez nous donner vos impressions sur le Forum. Même qu’on vous en voudra pas si vous y allez en voiture.

Et n’oubliez pas de provoquer un peu les fribourgeois. Je vous conseille un gymkana dans l’écoquartier . Vous verrez ils adoreront :-)))

5. dimanche 2 décembre 2007 à 21:52, par simba

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Vivre sans voiture en ville c’est déja possible. Avec le vélo et les transports en commun ce n’est pas un problème, ça évite de perdre du temps(stationnement ,courses dans les hypermarchés...) Il faut privilégier la proximité et conforter l’implantation des services et des commerces de voisinage. Je travaille à l’extérieur de Strasbourg et je circule en train, à vélo, en tram. Prendre la voiture, c’est vraiment la corvée c’est stressant et pas rapide.

Un éco quartier

1) ça doit être le début d’une réflexion sur la conception de la ville, ça doit bien sûr s’accompagner d’un projet pour le reste de l’espace urbain, non seulement en termes de déplacements mais aussi d’énergies , d’implantation de services de commerces ...On ne decrète certes pas la disparition de la voiture, mais ne plus en faire usage c’est montrer que sans voiture c’est souvent plus simple et moins coûteux.

2)ça ne se résume à mon avis pas seulement à une question de voiture et de deplacement, mais ça concerne aussi l’utilisation des ressources (energie, eau) leur production, la gestion des déchets.

3)c’est en tout cas un beau projet qui laisse entrevoir des propositions riches et diverses et je l’espère des réalisations dans un futur pas trop lointain.

6. dimanche 2 décembre 2007 à 21:56, par Mermoz67

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Et voilà que cela recommence:nous faire croire que les micro-actions écolos vont sauver la planète.

Bravo les Verts, des gens comme vous il en faudra de plus en plus, j’en suis persuadé.

Mais de grâce, pour être plus crédibles, ne proposez pas et ne soutenez pas n’importe quelle idée...Voilà un terrain limité d’un côté par un canal (super) et non le Rhin comme stipulé dans l’article, de deux côtés par les ponts de Strasbourg des plus fréquentés, et d’un dernier côté par la RN4, l’axe le plus polluant de la ville où notre cher tandem n’a toujours pas réussi à interdire le transit des lourds.

Pourquoi avons-nous dépensé tant d’argent pour le pont Pflimlin ? Voilà un beau sujet de réflexion pour les Verts et R. Ries qui se sent tellement associé..du temps de la campagne en tout cas !

Les gens habitant ces futurs logements sociaux se passeront volontiers de leur voiture pour se rendre au travail....un tel projet devrait germer au quartier de l’Orangerie ou dans tout quartier résidentiel,ce serait drôle.

Mais soyez rassurés, si ce projet aboutit, ce terrain sera un vrai poumon pour la ville et les ambitions éléctorales. A bientôt.

7. lundi 3 décembre 2007 à 09:01, par alagauche

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?
Bravo pour ce programme de courage et de bon sens ! A.L.M

8. lundi 3 décembre 2007 à 12:04, par sauverlaplanete

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Et n’oublions pas la manifestation de samedi prochain, dans le cadre de la "journée internationale de protection du climat", qui vise à sensibiliser et à agir contre les dérèglements climatiques (action organisée par de nombreusesassociations).

Le concept d’éco-quartier s’inscrit parfaitement, entre autres fonctions écologiques, économiques et sociales, dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

Alors rendez-vous à 14h sur la place du Corbeau, à Strasbourg, samedi prochain, le 8 décembre, avec votre vélo, pour rejoindre la place du Marché de Kehl.

9. lundi 3 décembre 2007 à 13:53, par Marc40

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Tout ce que contient mon message (n° 1) ne reflète que la réalité. Je trouve surprenant que quelqu’un d’entre vous n’ait pas simplement voulu s’informer par l’intermédiaire des liens fournis.

Peut-être préférez-vous pratiquer la politique de l’autruche... ainsi vous pourrez continuer à rêver tranquillement.

Toutes les étiquettes que vous me mettez sur le dos ne me gênent pas, c’est habituel à la gauche. Je savais très bien que vous alliez réagir de cette manière et que vous ne toléreriez pas la contradiction.

Et maintenant la question que je me pose est la suivante : à part vos bobards, que faites-vous réellement pour l’écologie ? Pédaler et faire des manifs ? Et quoi encore ? Je me suis posé cette question en fonction de la valeur de vos réponses à mon commentaire.

10. lundi 3 décembre 2007 à 14:01, par 1cognita

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ? :

Personnellement, je soutiens la création d’éco-quartiers (d’autant qu’apparemment c’est bon pour la croissance (donc le moral) si je m’en réfère aux conclusions de la commission Attali qui préconise la création d’éco-villes), NON SEULEMENT là où le préconisent les Verts MAIS PARTOUT en ville car à Strasbourg, nous avons TOUS les éléments pour le faire !

La voiture doit y avoir sa place, non pas que je sois une férue de l’automobile mais le sectarisme ne mène jamais à rien et c’est justement l’occasion de montrer quelle peut être la place de la voiture dans un quartier sans que celle-ci soit dominante. Dans ce sens, des règles strictes seront indispensables : telles par exemple, non polluantes, encombrantes et "consommantes" , circulant à des horaires cadrés (cf zone piétonne) sauf pour les exceptions que vous avez déjà citées. Même en Allemagne, alors que la politique du sans voiture est plus volontariste que chez nous, il leur est difficile de faire sans !

Pour finir, il faut réfléchir ces projets dans une dynamique également économique et sociale.. et non juste en l’inscrivant comme stratégie de communication ou sur une ligne budgétaire uniquement à la colonne du passif !

11. lundi 3 décembre 2007 à 14:11, par Marcus Aurelius

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?
Bravo ! Quelle superbe idée ! Nous exprimons ici l’enthousiasme sincère de Neudorfois menacés d’étouffement imminent ! Roland Ries aura fort à faire ...

12. mardi 4 décembre 2007 à 02:32, par canicule2003

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

J’ai assisté vendredi soir à la conférence publique de Pierre Kermen, au local de campagne des Verts pour les municipales, rue de la Douane à Strasbourg. Le sujet était : "quel urbanisme pour la ville ?". Pierre Kermen est docteur en économie et adjoint Vert au maire de Grenoble, chargé de l’urbanisme. Sa conférence a surtout porté sur le projet d’éco-quartier qui est en coursactuellement à Grenoble. Si je me souviens bien, les travaux s’achèveront en 2009, mais une école a déja été ouverte en septembre de cette année 2007.

Pierre Kermen est un homme d’une cinquantaine d’années, très agréable et rayonnant. On le sent passionné par l’écologie et l’envie de réaliser des projets utiles pour les gens, pour améliorer leurs conditions de vie. Dans son introduction, il a repris quelques diapositives du député Vert Yves Cochet, pour bien nous expliquer le problème du dérèglement climatique et la fin imminente du pétrole pas cher. C’était assez déprimant, mais tellement vrai.

Il a bien expliqué comment, avec les éco-quartiers, on va économiser l’énergie, l’eau, l’espace, et réintroduire des commerces de proximité, pour éviter les grands déplacements vers les zones commerciales et les hypermarchés. En plus de mettre en place des technologies innovantes (isolation par l’extérieur des bâtiments, toitures végétalisées, récupération de l’eau de pluie et plein d’autres choses modernes et révolutionnaires), cet éco-quartier est aussi un lieu de formation aux nouvelles technologies pour les artisans des métiers du bâtiment, mais aussi pour les urbanistes, les architectes et les ingénieurs. D’ailleurs, parmi la quarantaine de personnes présentes dans la salle, une jeune architecte allemande a posé des tas de questions à Pierre Kermen. Elle semblait aussi passionnée par le sujet. On sentait que des solutions existent et que tout n’est donc pas perdu. Il faut seulement avoir le courage de remettre en question le monde actuel.

13. mardi 4 décembre 2007 à 13:37, par sauverlaplanete

L’éco-quartier de Grenoble !!

Par sauverlaplanète. À Grenoble, dans le quartier de Bonne, l’éco-quartieraménagé par la SAGES (société d’économie mixte, comme la SERS de Strasbourg), dont le président est l’adjoint au maire VERTS Pierre Kermen, c’est :

Une surface de 8,5 hectares, 850 logements, dont 35% sociaux, 15000 mètres carrés de commerces, soit environ 25 boutiques, 6000 mètres carrés de bureaux, un hôtel de 70 à 80 chambres, une résidence pour étudiants, une résidence hôtelière de 100 logements, une école de 15 classes, extensible à 17, et 3,5 hectares de parc urbain et de jardins en coeur d’îlot.

Pour en savoir beaucoup plus, allez sur le très beau site-internet consacré au projet. Vous y verrez d’innombrables photos superbes, des vues d’avion, des plans, et de nombreux documents et dossiers sur le financement, l’organisation des travaux, etc

www.debonne-grenoble.fr

14. mardi 4 décembre 2007 à 23:23, par canicule2003

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?
Question à 1cognita (numéro 10). La commission Attali préconise aussi la multiplication des grandes surfaces et des hypermarchés. Je croyais que ce n’était pas du tout bon pour l’environnement, à cause des terres agricoles englouties par les grands parkings et l’essence consommée pour se rendre dans ces zones commerciales, loin des centres des villes ?

15. mardi 4 décembre 2007 à 23:51, par Marc40

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

L’homme commet beaucoup d’erreurs, mais il sait aussi les réparer. Aucun dirigeant politique dans le monde n’a envie que le sort de notre planète ne mette sa vie en péril. Je crois en l’homme pour solutionner ce problème du réchauffement planétaire accentué et accéléré par la main de l’homme. Puis il y a ceux qui ne voient qu’un avenir sombre à notre Terre. Dans 10-15 ans rouleront des voitures non polluantes, et l’on pourra même se passer des centrales nucléaires. Si certains désirent se retirer dans un éco-quartier, libre à eux.

Qui a eu le toupet de dire que le vélo était plus rapide que la voiture sur 5 km entre Illkirch et la gare centrale de Strasbourg un dimanche matin ? Ce n’est pas moi, je ne suis pas Lance Armstrong, c’est vous.

Quelles sont les actions que je mène pour ne pas polluer la planète ? Voyez ci-après :

Qui ne possède plus de voiture et son cortège de stress ? C’est moi. 
Qui est arrivé à économiser son eau à raison de 70 % ? C’est moi. 
Qui ne pollue pas les eaux usées, à part celle de ses besoins ? C’est moi. 
Qui n’emploie aucun produit détergent, même écologique, pour laver la vaisselle, son linge, les vitres, la cuisine, l’appartement ? C’est moi. Là, j’exagère un peu : il m’arrive environ une fois par mois d’utiliser 3-4 gouttes d’un produit vaisselle. 
Qui pollue les eaux usées de la douche moins que les autres ? C’est moi. 
Qui n’utilise aucun pesticide, même écologique, dans son jardin ? C’est moi. 
Qui a une facture de gaz (sans la cuisinière) pour le chauffage et l’eau chaude pour son appartement de 75 m2 situé dans un pavillon s’élevant à 476,50 €, frais fixes inclus, entre les 5-10-06 et 9-10-07 (39,70 € par mois) ? C’est moi. 
Qui, dans son appartement possède des plantes détruisant le formaldéhyde, le xylène, le toluène, le benzène, le trichloréthylène, le chloroforme, les alcools, l’ammoniac et participant, à petite échelle à la dépollution de l’atmosphère terrestre ? C’est moi. 
Qui n’est pas dépendant de la télé et qui donc a le temps d’apprendre presque toutes les sciences ? C’est moi. 
Qui dépollue son organisme en permanence et qui n’a plus besoin de lire les étiquettes dans les magasins de consommation courante ? C’est moi. 
Qui possède un éco-appartement très propre et qui dans sa lutte contre la pollution, entreprise il y a 25 ans, a également réalisé d’énormes économies ? C’est moi. 
Qui n’est le sous-marin d’aucun parti politique ? Ce n’est pas vous, c’est encore moi. 
Qui se présente comme un électeur UMP ? C’est toujours moi. 
Qui est en train de prouver qu’il n’a pas eu besoin des Verts pour lutter contre la pollution ? C’est moi... . Et la liste n’est pas terminée. 
Qui ne s’est pas servi des caractères gras pour essayer d’imposer sa volonté ? C’est moi.

Et voilà, je jure sur la mémoire de ma maman décédée il y a 2 ans que toutes mes actions entreprises pour lutter contre la pollution sont véridiques ; cela est devenu un art de vivre. Et j’en fais encore beaucoup plus. C’est sûr, on n’a jamais dû voir un tel écolo.

16. mercredi 5 décembre 2007 à 09:37, par 1cognita

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ? : réponse à canicule2003

Comme j’ai fait allusion plusieurs fois ironiquement aux rapports de la commission Attali (car en plus il y en a plusieurs), en l’occurrence ce n’était pas forcément lisible :-)

J’ai suivi de près cette commission parce que ça m’intéresse beaucoup de connaître les solutions préconisées et parce que j’ai connu Jacques Attali personnellement. C’est un homme très intelligent mais là, j’avoue avoir été très déçue ! :-(

17. mercredi 5 décembre 2007 à 20:15, par benjamin

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Bonjour,

Marc40, effectivement, peu nombreuses sont les personnes qui peuvent se targuer d’avoir adopté un mode de vie aussi cohérent que le votre. Malheureusement, je crois bien que vous vous trompez profondément quand vous mettez votre bulletin dans l’urne...

Je sens poindre dans votre discours ce que je reproche beaucoup aux écologistes de l’UMP : vous mettez beaucoup l’accent sur l’initiative individuelle, en omettant les énormes avancées que pourraient permettre de vraies mesures prises par la collectivité !

Il est certes important que chacun prenne son comportement en main, mais les collectivités locales et l’état doivent mettre en place les infrastructures et les réglementations qui facilitent la transformation des comportements.

Ainsi, comment dire aux gens de renoncer à la voiture ou à l’avion, si aucune alternative crédible n’est proposée ? Comment faire de l’écologie sans imposer aux entreprises des normes strictes ? Comment soutenir l’agriculture biologique en permettant la culture d’OGM et l’utilisation massive de pesticides dans le champ d’à côté ?

Les exemples sont nombreux...

La politique doit transformer la société, avec l’individu, mais il ne suffit pas de dire "Faites des efforts, ça ira mieux !", il faut accompagner le changement, et même le provoquer !

Benjamin Sibold, Strasbourg ville verte ouverte et solidaire (100% sans caractère gras)

18. mercredi 5 décembre 2007 à 21:27, par canicule2003

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Monsieur Marc40 (numéro 15), vous semblez être un vrai écologiste, et poutant vous votez pour l’UMP, alors que c’est le parti le moins écolo. Avant c’était le RPR, et c’était pareil. Ils ont toujours soutenu la FNSEA, le nucléaire et les plus grands pollueurs qu’on puisse imaginer.

La prochaine fois qu’il y aura une conférence publique chez les Verts, vous devriez venir. Ou alors venez samedi prochain, le 8 décembre, à la balade à vélo pour la journée mondiale sur le climat. vous y rencontrerez des écologistes comme vous. Le rendez-vous est à 14h sur la place du Corbeau.

Vous dites que "certains désirent se retirer dans un éco-quartier", comme si c’était un endroit coupé du monde. Mais l’idéal, ce serait que toute la ville de Strasbourg soit un éco-quartier. Et c’est ce que nous voulons faire, nous les écologistes. D’ailleurs les éco-quartiers doivent servir de lieu de formation et d’exemple pour rénover et transformer les autres quartiers. Ils ne sont pas réservés aux bobos, car il y a toujours un fort pourcentage de logements sociaux. Ce ne sont donc pas des endroits à part pour des gens à part, mais l’exemple à suivre pour tous et toutes.

19. jeudi 6 décembre 2007 à 20:14, par benjamin

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?

Bonjour,

petite précision, qui n’apparaît pas dans l’article.

Les logements neufs ne représentent qu’une infime partie des habitations. Un effort considérable devra donc être fait pour réhabiliter les logements anciens et améliorer leurs performances énergétiques.

La réalisation d’un éco-quartier n’est donc pas une fin en soi, c’est une petite partie du programme ambitieux que nous proposons pour faire de Strasbourg une référence en matière d’écologie.

Benjamin Sibold, Strasbourg Ville verte, ouverte et solidaire

20. vendredi 7 décembre 2007 à 03:44, par P. Merlet

Prêts pour l’éco-quartier sans voitures ?
Comme quoi, la décroissance énergétique peut développer la croissance économique locale, par des travaux de rénovation, comme dans l’exemple de benjamin (numéro 19).

21. vendredi 7 décembre 2007 à 16:31, par christophez

Illustrer notre projet

Bonjour,

Pour compléter les différentes interventions de benjamin, philippe ou sauver la planète,

Un projet d’ecoquartier, c’est moins une réponse en soi suffisante à la question du logement écologique et social à Strasbourg qu’un levier de réflexion collective Donc je me réjouis de la qualité des débats menés ici !

Chez les Verts, le souci est de favoriser à partir d’une telle expérience l’émergence d’un imaginaire et d’une conscience partagée.

L’écoquartier n’a pour nous de sens qu’associé à une ambitieuse politique de réhabilitation écologique et un véritable effort pour le logement social.

L’écoquartier Danube, c’est l’écologie populaire en acte pour transformer toute une ville, et c’est l’illustration d’un projet possible pour le Strasbourg de demain

christophe zander - strasbourg ville verte ouverte et solidaire

22. samedi 8 décembre 2007 à 22:59, par sauverlaplanete

L’éco-quartier : une locomotive !!

Par sauverlaplanète. L’éco-quartier est, par ailleurs, un véritable laboratoire derecherche appliquée. Il permet la mise en place de technologies connues et éprouvées, en Suisse et en Allemagne, par exemple. Mais il assure aussi une mise en réseau "forcée" des différents acteurs impliqués : artisans, urbanistes, architectes, ingénieurs, promoteurs, aménageurs, sociologues, collectivités locales, associations.

L’exemple de Grenoble est très instructif à cet égard. Pierre Kermen, l’adjoint Verts chargé de l’urbanisme, insistait dans son exposé sur le fait que les différents acteurs, intervenant dans le projet d’éco-quartier, avaient été "contraints" de collaborer d’une façon beaucoup plus étroite que lors de la réalisation de projets classiques. Et ceci parce que chacun doit remettre ses certitudes en questions, et s’adapter à de nouvelles manières de raisonner et de travailler, afin d’atteindre un bon niveau d’une toute nouvelle expertise.

Nous nous situons là dans un domaine dans lequel il est possible d’avancer énormément. Le terrain est certes déjà en partie défriché, mais la marge de progression possible dans l’innovation, pour une plus grande efficience encore, reste très grande.

www.debonne-grenoble.fr

23. dimanche 9 décembre 2007 à 15:37, par canicule2003

L’éco-quartier de Cronenbourg

J’ai lu dans les DNA de vendredi : "Ce sera un quartier sans voitures. Les parkings seront en sous-sol..." À quoi serviront alors ces parkings en sous-sol ? Et s’ils servent à garer des voitures, on ne peut pas parler de "quartier sans voitures".

Il n’est d’ailleurs pas souhaitable d’exclure totalement la voiture des éco-quartiers, pour des raisons évidentes, comme l’expliquent bien les Verts dans leur projet d’éco-quartier "Danube".

Alors disons les choses clairement, pas comme la SERS.

24. dimanche 13 juillet 2008 à 09:50, par boyan

Le site d’Éco-quartier Strasbourg
Bonjour, quelqu’un sait-il ce qu’est devenu le site de l’asociation Éco-quartier Starsbourg ?

05/07/2009

Région Alsace et écoquartiers

Région Alsace

Le Service de l'Aménagement et de la Prospective de la DRE Alsace a voulu connaître l'état d'avancement de projets de quartiers durables en Alsace et vient de publier un répertoire fournissant de manière non exhaustive un premier inventaire de projets qui se définissent comme des "quartiers durables" ou "éco-quartiers" en Alsace.

Ce répertoire comporte : 
 une première partie constituée de 20 « fiches ressources », 
 une seconde contenant les fiches descriptives des projets alsaciens, 
 des annexes présentant des éléments utiles à la lecture du document. 
Ce travail est destiné à enrichir les échanges entre les différents acteurs concernés par ces expériences d'écoquartiers.

DRE Alsace - Service de l'aménagement et de la prospective - Répertoire des quartiers durables en Alsace - Mai 2009


Dans les banlieues allemandes, la vie continue sans voitures

 

carfree-vauban.jpg

Vauban, Allemagne - Dans ce quartier de banlieue aisé, on a l’esprit pionnier. Pour la première fois, certains ont fait ce que peu de mères au foyer débordées ou de cadres supérieurs dépendants de la mobilité avaient osé jusqu’alors : ils ont abandonné leur(s) voiture(s).

Traduit et adapté d’un article d’Elisabeth Rosenthal, publié dans le New York Time le 11 mai 2009 et intitulé “In German Suburb, Life goes on without cars”. Article original disponible à cette adresse :http://www.nytimes.com/2009/05/12/science/earth/12suburb....

Parking, routes, rues pour voitures, et garage personnel sont généralement interdits dans ce nouveau quartier expérimental aux abords de Freiburg, proche de la Suisse et la France. Les rues du quartier Vauban sont complètement “car-free” (à l’exception de l’avenue principale, où circule le tram vers le centre ville, et quelques rues dans un coin du quartier). Posséder une voiture est autorisé, mais on peut stationner seulement à deux endroits, dans de grands parking en périphérie du quartier, la place s’achetant pour 30.000 euros en plus de la maison.

Ainsi, 70% des familles de Vauban ne possèdent pas de voiture, et 57% l’ont même revendue pour venir habiter ici. “Quand j’avais une voiture, j’étais toujours stressée. Je me sens beaucoup mieux ainsi” nous explique Heidrun Walter, coach en communication journalistique et mère de deux enfants, en déambulant dans les rues de Vauban au son des sonnettes de vélo et des cris d’enfants, qui ne sont plus couverts par le bruit des moteurs.

Achevé en 2006, le quartier Vauban est un exemple d’une mode grandissante en Europe, aux USA et ailleurs, pour dissocier vie de banlieue et usage automobile, point essentiel des “plans de déplacement”.

L’automobile est au cœur de la vie de banlieue; de Chicago à Shanghai, c’est comme ça que tout est conçu. Et selon les experts, cette automobile-mania est un gros problème pour lutter contre les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. Les automobilistes sont responsables de 12% de ces émissions en Europe (en augmentation selon l’EEA, Agence Européenne pour l’Environnement), et jusqu’à 50% dans certaines régions saturées de voitures aux USA.

Alors qu’on essaie de densifier les villes depuis ces vingt dernières années tout en les rendant plus facile d’accès aux piétons, les décideurs tentent désormais de construire des banlieues en mettant l’accent sur l’environnement, comme réduire les émissions par exemple. Vauban, 5.500 résidents répartis sur 2,5 km², pourrait être le quartier expérimental le plus avancé en matière de banlieue sans voitures. Ce concept basique se développe un peu partout dans le monde dans le but de densifier les banlieues, de les rendre plus accessibles en transports en commun, tout en réduisant les places de stationnement. Dans cette nouvelle approche, les magasins se situent à portée de main, dans la rue principale, plutôt que dans des zones d’activité accessibles uniquement par autoroute.

Tout notre développement depuis la 2nde Guerre Mondiale est centré sur la voiture, et cela doit changer” explique David Goldberg, du groupeTransportation for America, un lobby grandissant composé de centaines de groupes, dont les groupes environnementaux, les bureaux des maires, et l’American Association of Retired People, qui militent pour une société moins dépendante de la voiture.

Levittown et Scardsale, des banlieues New Yorkaises aux maisons alignées avec des garages privés, représentent le rêve urbain des années 50 et ont encore la cote aujourd’hui. Mais de nouvelles banlieues, plutôt comme celles de Vauban devraient voir le jour, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement, où la voiture, désormais accessible aux classes moyennes ravage les villes. Aux Etats Unis, l’Environmental Protection Agency promeut des quartiers “car reduced” (pauvres en voitures), et lentement mais surement, on commence à légiférer sur le sujet. Beaucoup de professionnels pensent que les transports publics ont un rôle important à jouer, dans le cadre du prochain plan d’action sur six ans, afin de desservir les banlieues. Dans les plans précédents, 80% des subventions allaient d’office aux autoroutes contre seulement 20% pour les autres transports.

En Californie, le Hayward Area Planning Association construit un quartier comme Vauban appelé Quarry Village près d’Oakland, accessible sans voiture grâce aux transports publics. Néanmoins, ce système inquiète : les promoteurs immobiliers craignent que des maisons à un demi million de dollars sans place de parking ne se vendent pas ou se dévaluent très vite, d’autant plus que les lois américaines préconisent deux places de parking par unité résidentielle. Quarry Village a obtenu une dérogation. De plus, convaincre les gens d’abandonner leurs voitures est souvent un vœu pieux. “Aux Etats Unis, les gens sont vraiment sceptiques quant à l’idée de ne pas posséder de voitures, ou d’en posséder moins“, déclare David Ceaser, co-fondateur de Carfree City USA. Selon lui, aucun projet de quartier sans voitures de la taille de celui de Vauban n’a réussi aux Etats Unis.

En Europe, certains gouvernements réfléchissent à des solutions à l’échelle nationale. En 2008, la Grande-Bretagne a tenté de décourager les gens d’utiliser leur voiture en leur offrant de nouveaux accès en transports en commun. “Ces solutions devraient prendre en compte les emplois, les enseignes de shopping et de loisirs afin qu’elles ne se situent pas dans des endroits où le seul moyen d’accès réaliste est la voiture“, explique le PPG 13, document de planification révolutionnaire britannique de 2001. Des douzaines de magasins, fast-foods, et habitations ont vu leur permis de construire refusé car ils ne respectaient pas les règles de ce document.

Au pays de Mercedes Benz et de l’autoroute (l’Allemagne, NDLR), la vie avec moins de voitures, comme dans le quartier Vauban trouve étonnamment sa place. A Freiburg, la ville est étendue en longueur et les rues assez étroites: de ce fait, le tramway est facile d’accès pour la plupart des habitants. Les magasins, les restaurants, les banques, et les écoles sont plus près des habitations que dans les villes classiques. La plupart des résidents, comme Mlle Walter, font leurs courses à l’aide d’un vélo et d’un panier accroché au porte bagage, ou emmènent leur enfant au parc à vélo sur un siège.

Pour des déplacements dans les zones commerciales comme chez IKEA ou autre enseigne spécialisée les familles pratiquent l’autopartage, ou la location de voiture en libre service mise en place pour le quartier. Avant, Mlle Walter vivait (avec une voiture personnelle) comme à l’américaine. “Si vous en avez une, vous aurez tendance à l’utiliser“, nous dit-elle. De nombreuses personnes qui viennent habiter ici laissent sans problème la voiture de côté.

Le quartier Vauban a été fondé sur les ruines d’un camp Nazi, occupé par l’armée française de la fin de la guerre jusqu’à la réunification de l’Allemagne, il y a 20 ans. Du fait qu’il s’agissait d’un camp militaire, le découpage n’a pas été pensé pour l’usage de la voiture : les “rues” étaient d’étroits passages entre les casernes. Il y a bien longtemps que les bâtiments d’origine ont disparu. Les bâtiments au design moderne qui les ont remplacé ont 4 ou 5 étages, et répondent à des normes élevées d’isolation thermique grâce à l’utilisation de bois exotiques. Ici, on ne peut pas construire sa maison comme on l’entend.

Naturellement, les gens qui achètent une maison ici, sont un peu considérés comme des moutons de Panurge qui, comme plus de la moitié des gens d’ici votent pour les Verts. Pourtant, beaucoup disent que c’est la qualité de vie nettement meilleure qui les a attiré ici. Henk Sculz, scientifique qui regarde jouer ses enfants tranquillement dehors se rappelle de son excitation lorsqu’il a acheté sa première voiture. Aujourd’hui, il est heureux de tenir ses enfants à l’écart de celles-ci, car il n’a plus à s’inquiéter de leur sécurité dans la rue.

Ces dernières années, le quartier Vauban est devenu une niche célèbre, même s’il existe quelques imitations en Allemagne. Le fait de savoir si le concept fonctionnera en Californie demeure une question ouverte. Plus de 100 promesses de vente ont été signées pour acheter un logement dans le quartier sans voiture de “Bay Area” à Quarry Village, et Mr Lewis cherche encore 2 millions de dollars de financements pour voir le projet émerger. Et si ça ne fonctionne pas, sa proposition de secours consistera à un projet de quartier équivalent en terme d’éco-construction, mais l’usage de la voiture y sera autorisé. Ça s’appellera « Village d’Italia ».

Traduit et adapté d’un article d’Elisabeth Rosenthal, publié dans le New York Time le 11 mai 2009 et intitulé “In German Suburb, Life goes on without cars”. Article original disponible à cette adresse :http://www.nytimes.com/2009/05/12/science/earth/12suburb....


 

Villefranche : Un mois sans voitures

 

villefranche.jpg

Villefranche-de-Rouergue, commune de 12.000 habitants située dans l’Aveyron, lance à titre expérimental l’interdiction totale des voitures sur la place centrale de la ville durant un mois. Cette expérience montre que la vie sans voitures n’est pas réservée aux grandes agglomérations et qu’on peut limiter la place de l’automobile aussi dans les petites villes.

Le maire de la ville, Serge Roques, ne cache pas que sa municipalité tente un défi. Il sait qu’interdire la présence de tout véhicule sur la place Notre-Dame est une petite révolution. « On est tous conscients que la raison objective appelle à une place piétonne, les touristes nous le rappellent d’ailleurs régulièrement. Mais toutes les municipalités, y compris la mienne, lors du premier mandat, ont bloqué sur la réalisation face à l’opposition forte de certains commerçants et habitants de la bastide ».

Le maire veut convaincre cette opposition par l’exemple. Aussi les élus ont décidé, en même temps qu’ils interdisaient la présence de toute voiture sur la place entre le 14 juillet et le 15 août (les livraisons seront toutefois possibles), de monter l’opération « La place est à vous ». « On avait souhaité que les commerçants s’approprient l’espace. Cela n’a pas été possible. Aussi la mairie va prendre en charge l’animation », résument Évelyne Lourmière, adjointe au tourisme, et Laurent Tranier, conseiller délégué à l’image de la ville et à la communication, qui ont rencontré les 19 commerçants présents autour de la place. Et plutôt que de faire appel à des groupes extérieurs, le choix a été fait de s’appuyer sur les associations locales pour monter un programme où culture, artisanat, citoyenneté, animation pour enfants, se côtoieront. « Ce sera le début de quelque chose », note Serge Roques qui plaide pour que le cœur de la bastide devienne « une vitrine des commerces et des associations ». Pour le moment, pendant un mois, en haute saison touristique. À moins que l’expérience de cet été transforme les sceptiques en convaincus.

Source: www.ladepeche.fr

 

14/06/2009

Trois projets d'écoquartiers à Nantes

 

A Nantes, les voitures resteront à l'extérieur du quartier
Depuis une dizaine d'années, plusieurs métropoles européennes ont créé des écoquartiers ou quartiers écologiques.
L'urbanisme « durable » a d'abord été expérimenté en Europe du Nord. Certains projets comme les quartiers Bedzed à Londres ou Vauban à Fribourg en Allemagne font aujourd'hui référence. La France y vient : comme Lille, Strasbourg ou Narbonne, Nantes Métropole veut concentrer les bonnes pratiques environnementales, sociales et économiques dans ses projets urbains. Depuis un an, un groupe travail « écoquartier » a été mis en place, dans le cadre de l'Agenda 21 métropolitain. Trois territoires sont concernés : l'Île de Nantes, le quartier Bottière-Chénaie et Le Pré-Gauchet.
Cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir dans son ensemble :
                         Ecoquartier

Réconciliation. 
L'enjeu est de les aménager en maîtrisant les impacts environnementaux liés à l'urbanisation, tout en favorisant l'insertion socio-économique et une vie de quartier « durable ». Cela veut dire aborder de front, avec pragmatisme et souplesse, les questions de la densité et de la variété de l'habitat, la diversité sociale, les transports, la valorisation des déchets, des énergies renouvelables... « Les écoquartiers ont vocation à réconcilier les habitants avec la ville. Par exemple, grâce à la végétalisation, on amène la nature dans la ville dense. Pour chaque logement, il faut apporter une plus-value environnementale : faciliter l'utilisation du vélo, encourager les économies d'énergie, d'eau, créer des espaces de rencontre entre habitants, des patios, des jardins partagés, etc. », résume Vincent Morandeau, chef de l'Atelier Ecoquartier, à la Direction générale du renouvellement urbain de Nantes Métropole. Cette nouvelle manière de bâtir la ville, au-delà de la performance écologique, vise à repenser la façon de vivre ensemble.
 

Un écoquartier pour 2 500 habitants

La Zac de la Minais est l'un des plus grands projets urbains de la métropole nantaise dans les cinq ans à venir. Visite au moment de la pose de la première pierre.

La Minais

La Minais

On pourrait dire avec humour que l'on a vu un gros Minais, le jour de la pose de la première pierre. Lorsque l'on découvre le projet d'écoquartier de la Minais, à Sainte-Luce-sur-Loire, on est en effet frappé par sa taille : 50 ha, dont 5 pour un parc central, 1 050 logements construits d'ici à dix ans.

« Le rôle des élus, c'est de répondre aux besoins des habitants, déclare Bernard Aunette, maire de la commune. Et les attentes en matière de logements sont fortes. De nombreuses familles recherchent un logement et la métropole nantaise accueille chaque année plusieurs milliers de nouveaux habitants. Dans ce quartier vivront à terme environ 2 500 habitants. » 

Située entre le centre-ville de Sainte-Luce et celui de Thouaré, la zone d'aménagement de la Minais sera l'un des secteurs d'aménagements urbains les plus importants de l'agglomération nantaise. Ce morceau de ville sera un quartier durable, autrement dit un écoquartier qui intégrera plusieurs volets du développement durable : grand parc, espaces verts importants, orientation sud pour la majorité des logements, limitation de l'étalement urbain, sentiers pédestres, chaufferie mixte bois/ gaz réalisée par Nantes Métropole, récupération des eaux de pluie. Yves Daniel, vice-président du Conseil général et président de la SELA (Société d'équipement de la Loire-Atlantique), le maître d'oeuvre, estime quant à lui qu'un « lieu de vie doit être un lieu où l'on favorise le lien social. Nous avons également à l'esprit que nous devons proposer des logements qui prennent en compte en même temps les aspects économiques et écologiques ».

La Communauté urbaine étudie la mise en place d'un transport en commun performant de type Chronobus, afin d'encourager les futurs habitants à laisser la voiture au garage. Une façon de faire des économies et de l'écologie au moment où le prix du carburant monte en flèche et où chacun doit se demander comment lutter contre l'effet de serre. La mixité sociale sera également le point fort de ce gros projet urbain qui comportera 25 % de logements sociaux et 15 % de logements abordables, financés par Nantes Métropole. « Les automobiles seront toutes garées hors de vue des habitants, soit en parking souterrain, soit à l'extérieur du quartier, explique Yves Steff, architecte urbaniste du cabinet nantais A.U.P.

Sur le modèle du parc de Procé, la plupart des logements auront une vue sur le parc. » Autre volet intéressant de cet écoquartier : les espaces verts et les terrasses partagées faciliteront la convivialité entre les habitants.

 
Bottière Chénaie : le futur écoquartier en images

Ilot 2 -
Ilot 2 - "La Sécherie"Architecte : BOSKOP, F. et S. DELHAY

Une grande diversité de formes architecturales, une forte dimension environnementale, des espaces publics vastes et conviviaux, des équipements de qualité pour un cadre de vie privilégié...


Découvrez les futurs aménagements du quartier à travers ce diaporama de quelques minutes.

3 minutes pour découvrir en images l'ambiance du futur écoquartier situé à l'est de Nantes...

> Cliquez sur l'image pour lancer l'animation ou encore sur le lien :


 

Le site de La Courrouze à Rennes

 

a2d344b347.jpg

Ecoquartiers 30 mars 2009

En mars 2009, Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, a lancé le programme national d’appui aux écoquartiers soutenu par la Caisse des Dépôts. Parmi les écoquartiers appuyés, le site de La Courrouze à Rennes, actuellement le plus avancé, fait référence.

Ecoquartiers : Le site de La Courrouze à Rennes

En mars 2009, Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, a lancé le programme national d’appui aux écoquartiers soutenu par la Caisse des Dépôts. Parmi les écoquartiers appuyés, le site de La Courrouze à Rennes, actuellement le plus avancé, fait référence.

  • Qu’est-ce qu’un écoquartier ?

L’écoquartier est un aménagement urbain conçu dans une démarche de développement durable, c’est-à-dire dans une perspective de développent économique, de préservation de l’environnement, de qualité de vie, d’intégration sociale et d’attractivité de long terme. 

  • Présentation de l’écoquartier de La Courrouze à Rennes

L’écoquartier de La Courrouze fait partie des 15 sites retenus par la Caisse des Dépôts dans le cadre de son dispositif national d’accompagnement des écoquartiers, complémentaire du concours Ecoquartiers distinguant les démarches exemplaires d’aménagement durable lancé par le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.

Le projet de La Courrouze a été lancé en 2003 et son aménagement, en 4 tranches sur 15 années, devrait être achevé en 2020. Le site s’étend sur 115 hectares (ha) dont 40 ha d’espaces verts, pour une population de plus de 10 000 habitants.

Situé sur une ancienne friche militaire et industrielle, en entrée de ville, La Courrouze est desservi par les transports en commun en site propre- dont la future 2ème ligne du métro Val-. Ainsi, il disposera de toutes les composantes d’un centre-ville : 4 700 logements, mais aussi des activités tertiaires, des commerces et des équipements publics tels que le futur Hôtel de la Région.

Le développement durable est partie intégrante du projet, dans ses nombreuses dimensions : 40 % des besoins en eau chaude sanitaire seront couverts par de l’énergie solaire, les bâtiments répondront à des fortes exigences énergétiques. Au programme également, la protection contre le bruit émis par la rocade qui longe le quartier et des modes de mobilité douce. En outre, l’aménagement prévoit une trame verte, qui relie les espaces verts entre eux et une trame bleue, pour les plans et cours d’eau, conditions essentielles de préservation de la biodiversité.

Points forts du quartier : sa mixité sociale et son accessibilité financière pour les ménages.

  • L’engagement de la Caisse des Dépôts dans la réalisation de La Courrouze

Dans le cadre de l’écoquartier de La Courrouze, la Caisse des Dépôts s’engage dans la réalisation de la Zone d’aménagement concerté (Zac) conduite par la Société d’économie mixte Territoire, du réseau de la SCET, société du groupe Caisse des dépôts.

Elle va aussi participer au cofinancement de différentes études :

- étude de la desserte haut débit de l’écoquartier

- évaluation de l’efficacité énergétique et impact sur la réduction des charges

- évaluation de l’efficacité des choix urbains

- Modes d’habiter et réponses à des demandes évolutives

- Mobilité, stationnement, inter-modalité

- Acceptabilité de nouveaux modes gestion

La Caisse des Dépôts s’implique aussi dans 289 logements avec le cofinancement sur ses fonds propres d’un programme de 35 logements « Bâtiment basse consommation » (BBC) ; la réalisation par la SNI de 76 logements sociaux, cette dernière rachètera aussi à un autre promoteur 58 logements en vente en état de futur achèvement (VEFA) dans le cadre du Plan de relance de l’économie ; et enfin Icade Capri réalisera un projet de 120 logements dont 35 logements intermédiaires.

En outre, la Caisse des Dépôts soutiendra la réalisation d’une monographie du projet par des étudiants du Master Stratégies territoriales et Urbaines de Sciences-Po.

 

Un peu d'air !

lucilegomez01_650.jpg

Cette image se trouve sur le blog BD de Lucile Gomez