Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2009

Encore plus d'informations sur les écoquartiers

Le développement d'éco-quartiers est plus que jamais à l'ordre du jour
AMENAGEMENT - Actu-Environnement.com - 21/10/2007

http://www.actu-environnement.com/ae/news/eco_quartiers_g...

Le dossier spécial Ecoquartiers de la revue des équipes d’urbanisme Diagonal extrait de la revue diagonal n°178 de nov 2008 (format PDF - 6.4 Mo) :
Cliquer sur le lien suivant puis dans Actualité et Eco-quartiers : un concept qui prend forme
http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr/

Orléans s'inspire de l'écoquartier Vauban

Un écoquartier à Orléans ? L’exemple de Fribourg Vauban - 11 décembre 2008 par Baptiste CHAPUIS

Un Écoquartier est un quartier urbain conçu de façon à minimiser l’impact négatif sur l’environnement, visant une autonomie énergétique et en cherchant à diminuer l’ empreinte écologique mais aussi à assurer un lien social de convivialité entre les citoyens.

Il permet d’intégrer à une échelle restreinte toutes les dimensions de la ville durable, de la qualité des bâtiments aux modes de déplacement, de la production de l’énergie à la gestion de l’eau, de la mixité des fonctions à celle des catégories sociales.

Exemple de Fribourg :

fribourg_vauban.JPG


Fribourg-en-Brisgau, ville de 217 000 habitants, située de l’autre côté du Rhin, à 50 km de Mulhouse, a atteint sa notoriété internationale grâce à la réalisation d’un éco-quartier novateur, « Le quartier VAUBAN ».

…..VAUBAN, c’était à Fribourg le nom d’une caserne des Forces Françaises en Allemagne qui a quitté le site en 1992. En 1994, la ville a acheté le terrain d’une superficie de 34 ha, afin d’y construire un quartier pilote en matière écologique. La construction a durée de 1998 à 2006, pour accueillir près de 2000 logements et à terme 5500 habitants, ainsi que de créer des pôles d’activités offrant près de 600 emplois.

VAUBAN est aujourd’hui le quartier de Fribourg où la moyenne d’âge est la plus basse. On y voit aussi une architecture étonnante : des toits équipés d’installations solaires, des immeubles modernes et colorés, bâtis par des collectifs de construction (une sorte de coopérative de construction) et non par de gros promoteurs.

Des habitants aménageurs :

Le quartier VAUBAN est aménagé avant tout par les habitants eux-mêmes. Ceux-ci s’identifient à leur quartier. On y voit des tramways qui circulaient bien avant que les derniers immeubles ne soient construits, mais pas de voitures. De même, l’école, les jardins d’enfants, les terrains de jeux et une maison de quartier étaient déjà en place lorsque les habitants se sont installés.

DH000104.JPG


Les citoyens ont été associés aux discussions et ont pu faire part de leur vision du quartier dès la première étape du projet, dans le cadre d’une procédure participative. C’est ainsi qu’est né un quartier conçu non pas de manière bureaucratique, sans se préoccuper des gens, mais élaboré en commun avec eux.

Cette voie est plus difficile que les procédures de planification habituelles. Elle demande plus de temps et exige que toutes les parties : citoyens, conseil municipal, administrations et architectes, soient prêtes à faire des compromis, à accepter des opinions différentes et à se respecter mutuellement. Mais cette voie conduit aussi à de meilleurs résultats.

Avec les citoyens, nous avons défini les objectifs directeurs et les principes de base établissant le cadre structurel du nouveau quartier. Ces objectifs sont les suivants :

· - un quartier pour les familles,

· - un quartier où les enfants peuvent grandir dans un environnement de qualité,

· - un quartier écologique pour l’approvisionnement énergétique, les transports, l’aménagement des terrains de jeux et des espaces non bâtis,

· - un quartier où les habitants peuvent vivre agréablement sans voiture et disposer néanmoins de bons moyens de transports,

· - un quartier avec de nouvelles formes d’habitats, par exemple avec des collectifs qui conçoivent et construisent ensemble leur immeuble,

· - un quartier où l’on peut vivre et travailler avec de bonnes infrastructures publiques et privées, avec une école, des jardins d’enfants, des commerces pour les besoins quotidiens et des emplois.

Objectifs atteints :

350px-Ecoquartier_Vauban_Freibourg3.JPG


Aujourd’hui, l’aménagement du quartier VAUBAN est terminé, plus de 5000 personnes y vivent. Dans aucun autre quartier de Fribourg ne vivent autant de jeunes familles avec de jeunes enfants. Dans aucun autre quartier les enfants et les adolescents ne trouvent d’aussi bonnes infrastructures.

Le concept écologique du quartier est unique. Une centrale thermique à bois a été construite pour fournir chaleur et électricité. Des standards d’isolation thermiques plus exigeants que les dispositions légales sont en vigueur dans le quartier : constructions à basse consommation d’énergie, maisons à énergie positive, c’est-à-dire des maisons qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment. La plupart des toits sont équipés d’installations solaires.

VAUBAN est un quartier pratiquement sans voiture particulière. De nombreux habitants ont choisi de vivre là car ils peuvent se passer de leur voiture personnelle et se déplacer en tramway ou à vélo et utiliser le covoiturage pour leurs autres déplacements privés. Aujourd’hui, moins de 90 habitants de VAUBAN sur 1000, utilisent une voiture particulière. Alors qu’en Allemagne 50% de la population possède une voiture. Ce nombre est de 40% pour la ville de Fribourg et de 9% pour VAUBAN.

70% des immeubles et des appartements ont été conçus et construits par les habitants eux-mêmes, selon leurs propres idées et en fonction de leurs besoins personnels, dans le cadre de collectifs de construction ou de projets individuels. Cette démarche se traduit par une architecture créative, très variée, attractive et un esprit communautaire particulier. Les gens vivent ensemble et non pas de manière anonyme, les uns à côté des autres.

Plusieurs centaines d’emplois ont été créés à VAUBAN. Différents commerces permettent de se procurer tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne.

Un développement durable :

1793311778.JPG


Le développement urbain durable implique, dans la pratique, que nous pensions la ville avant tout comme un espace où vivent des êtres humains, que nous déterminions notre politique essentiellement en fonction des besoins et des attentes des citoyens. Ce principe sera fructueux si nous réussissons à impliquer les citoyens, Les gens ne veulent pas d’un projet tout prêt, élaboré de manière bureaucratique. Ils veulent avoir la possibilité et les moyens de prendre part aux décisions. Ils veulent présenter leurs propres idées, car ce sont eux, en fin de compte, qui vivront dans cet espace et ils veulent s’y sentir bien.

Celui qui a participé activement à la conception et à l’aménagement de son quartier s’identifie au résultat et se sent responsable de ses biens et des équipements publics. Pour nous les Maires, pour nos Mairies, nos Conseils Municipaux et nos administrations municipales, cette voie implique que nous modifions notre façon de penser. Nous devons partager nos compétences en matière d’aménagement urbain avec les citoyens et en retour, nous gagnerons leur engagement.

C’est pourquoi la réalisation du quartier VAUBAN, à Fribourg, est bien plus qu’une simple expérience. C’est un modèle de conception du développement urbain pour l’avenir, pour et avec les citoyens.

Un exemple à suivre pour le terrain des Groues à Orléans…

L'écoquartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau

Quartier Vauban, Quartier zéro voiture à Fribourg.

quartier_vauban.jpg


Je me suis rendu sur place le 13 avril 2009. Il se dégage de ce quartier une réelle atmosphère de bien être et de plénitude. Sa réputation dépasse les frontières de l'Allemagne puisque plus de 5.000 visiteurs, essentiellement francophones (belges, français, québécois), viennent chacun année le découvrir.

La diversité de l'architecture, l'importante présence de verdure, les larges allées entre les immeubles, les très nombreux parcs verts pour se divertir toutes générations confondues, le nombre très importants de bicyclettes et l'absence de voiture sont les premiers éléments qui frappent le visiteur. Puis la magie des lieux opère : une véritable réussite. L'urbanisation au service des personnes et non l'inverse.


L'écoquartier Vauban en 91 photos : (Diaporama photos taille réelle en cliquant sur l'album photos colonne de droite).

La très forte participation citoyenne pour la conception et la réalisation de ce projet est sans aucun doute une donnée essentielle quant à la réussite de cet écoquartier. La population a pu largement s'exprimer au travers de groupes de travail sur les aspects liés à la mobilité, à l'énergie, au social, aux logements, à l'économie...

DH000055.JPG


Le quartier Vauban est un écoquartier de la ville de Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne. Situé à 3 km au sud du centre-ville de Fribourg, ce terrain accueillait une caserne construite en 1936 et occupée après la Seconde Guerre mondiale par les forces françaises stationnées en Allemagne (FFA). En août 1992, les militaires libèrent cet espace, posant de fait la question de son avenir.

Après une période durant laquelle les baraques sont occupées illégalement par des populations marginales, la municipalité lance en 1996 les opérations de renouvellement du secteur, en s’appuyant sur une démarche de développement durable.

Onze anciennes baraques ont été conservées et rénovées, occupant un terrain d’une superficie de 4 hectares. Quatre d’entre elles sont affectées à 200 logements alternatifs formant le collectif “SUSI” (Selbstorganisierte unabhängige Siedlungsinitiative). Ces logements sont habités par une partie des personnes ayant occupé illégalement les casernes dès leur libération et qui sont à présent régularisées. Six autres baraques accueillent 600 logements pour étudiants. Une ancienne baraque enfin, nommée Burgerhaus 037, est transformée en maison de quartier et en centre socio-culturel
accueillant les associations locales.

Les 34 hectares restants ont été restructurés et consacrés à la création de 2000 logements et de 600 emplois, dont la plupart sont regroupés sur 6 hectares destinés aux activités industrielles et artisanales. Pour 2006, cette implantation devrait donc compter 5000 habitants répartis dans 2000 logements, avec une densité d’une centaine de logements à l’hectare.

DH000046.JPG


Une démarche participative :

Selon Ina RANSON (1), la ville de Fribourg proposa dès les débuts de la planification du quartier une “participation élargie” dépassant le cadre indiqué par la loi. Les personnes intéressées ont pu se réunir dans des cercles de travail coordonnés par le “Forum Vauban”. Constitué en association des citoyens, le Forum qui est financièrement soutenu par la Ville dispose d’un bureau qui sert aussi comme centre d’information.

Le quartier Vauban a ainsi connu une forte participation citoyenne au projet et a connu la constitution de nombreux baugruppen. Ces “groupes de construction” sont le fait de personnes désireuses de construire leur logement. Elles se regroupent ainsi afin de définir l’organisation de leur îlot ou de leur immeuble au cours de multiples réunions précédant la transmission de leur projet à un maître d’œuvre. Ces baugruppen apportent quelques avantages par rapport aux démarches classiques :

- création de relations de voisinage antérieures à la construction de l’habitat ;
- réduction des coûts de construction par des économies d’échelle ;
- possibilité de mettre en commun quelques équipements, tels que l’approvisionnement en énergie solaire, le chauffage ou encore les jardins, afin de réduire leurs coûts.

Un quartier des courtes distances :

vaubankarte4.png


Vauban est un “quartier des courtes distances” où les habitants peuvent facilement aller à pied pour rejoindre les magasins, jardins d’enfants, école, services divers… Les urbanistes considèrent comme “distance courte” un chemin de moins de 700 m ; la distance la plus agréable ne dépasse pas 300 mètres. Le quartier Vauban se trouvant à environ 3 km du centre-ville de Fribourg, cela représente un déplacement de moins de 15 minutes à vélo.

La Ville a prévu la construction d’une ligne de tramway pour Vauban. Entre-temps, la liaison avec le centre-ville est assurée par un bus.

Le Forum Vauban propose de renoncer, dans la majeure partie du quartier, aux garages et aux places de stationnement et de les remplacer par des garages collectifs aux abords du quartier ; ce choix permet d’économiser jusqu’à 20% de l’espace total du quartier.

Ce report du stationnement automobile en périphérie du quartier permet de rentabiliser au mieux cette occupation d’espace, car le stationnement sert à la fois aux habitants, aux employés et aux visiteurs du quartier. De plus, Il est prévu de diminuer le nombre de parkings si des habitants renoncent à la voiture privée et optent plutôt pour l’auto-partage.

Dans le secteur sans voitures – majoritaire – du quartier, les voitures peuvent circuler occasionnellement mais le stationnement est interdit. Pour y vivre, une condition : renoncer officiellement à son véhicule ou se procurer une place de parking (18 000 euros à l’achat ou 1500 euros en location annuelle) dans l’un des deux parkings périphériques. Cette obligation, qui représente finalement une économie substantielle pour les foyers sans voiture, constitue indirectement une incitation financière à l’abandon de la voiture personnelle.

Les gens font donc leurs courses à vélo avec une remorque, prennent l’une des quatre lignes de bus pour rallier le centre de Fribourg, ont éventuellement recours à un service d’auto-partage et attendent le tramway pour 2006.

L’axe central de développement du quartier, la rue «Vauban-Allee», est aménagée en zone 30 km/h et sert uniquement au raccordement du nouveau quartier. Les terrains de construction adjacents à la Vauban-Allee sont aménagés en zones résidentielles à vitesse limitée. Du fait du rattachement routier en forme de U, il n’y a pas de trafic de passage dans les zones d’habitation.

Dans le quartier Vauban, 50 % des ménages n’ont pas de voiture. Les ruelles du quartier se caractérisent par une architecture très variée, la présence de petits parcs à vélos devant les immeubles et un aménagement privilégiant la vie sociale. Les enfants peuvent jouer dehors en toute sécurité.

DH000075.JPG



Planification urbaine à Vauban :

Les objectifs de la planification urbaine sont :

- mixité des emplois et des habitations,
- préservation des biotopes du terrain notamment au bord du ruisseau,
- priorité pour les piétons, cyclistes et transports en commun,
- utilisation rationnelle de l’énergie : installation d’un réseau de chaleur de proximité à base d’une centrale de cogénération (produisant électricité et chaleur),
- construction des habitations selon les normes de “très faible consommation d’énergie” (65 kWh/m2 par an),
- mixité des couches sociales,
- un centre de quartier avec des magasins pour les besoins de tous les jours,
- une école élémentaire et des jardins d’enfants,
- des espaces verts publics,
- une diversité architecturale,
- des parcelles de taille réduite,
- un climat accueillant pour les familles et les enfants.

Mais l’expérimentation ne s’arrête pas là : avec ses maisons solaires et ses terrasses végétalisées qui récupèrent l’eau de pluie, Vauban est également un creuset de toutes les techniques de construction écologique. Dernier progrès en date, on y trouve même quelques maisons «actives» qui, grâce à des capteurs photovoltaïques, produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

DH000069.JPG


Assurer la mixité sociale :

Il a été prévu de promouvoir, pour la moitié des habitations, des formules de logement social. Après de longues préparations, de futurs habitants fondèrent, en juin 1997, une coopérative qui réalisera un projet de logements sociaux particulièrement intéressant. Les fondateurs ont imaginé différents modèles de financement basés sur la solidarité de partenaires plus riches pour permettre aussi aux personnes relativement pauvres d’accéder à un logement. La coopérative favorise aussi la mixité des générations en incluant dans ses planifications les recommandations du groupe de travail “Cohabitation des Vieux et des Jeunes”.

Question sociologie, la répartition des habitants du quartier Vauban est la suivante: 25% d’ouvriers, d’employés et de fonctionnaires ; 55% de cadres supérieurs ; 10% de professions libérales. A ces chiffres, rappelons le, il convient d’ajouter 600 logements pour étudiants et demandeurs d’asile et 200 logements autogérés.

On y trouve également 10 % de parents célibataires, 65 % de foyers avec enfants et 25 % de foyers sans enfants.

Quelques chiffres :

Le site a donc une superficie de 38 hectares que la ville a acheté 20 millions d’Euros à l’Etat qui a payé 90 % des 10 millions d’euros nécessaires à la dépollution du site (décapage des terres sur 40 cm).
- 5000 habitants, 2000 logements,
- 2 garages collectifs de 460 places,
- la location d’une place de parking coûte 1500 euros à l’année,
- le terrain viabilisé est vendu entre 400 et 450 euros/m² pour un prix oscillant de 400 à 600 euros/m² à Freiburg.
- le volume financier total à engager par la municipalité pour l’ensemble des 3 tranches du projet Vauban est de 85 millions d’euros (achat de terrain, viabilisation, travaux, publicité, aides financières,…)
- le prix au m² des logements de promoteurs est 250 Eu/m² plus cher en moyenne
- 40 % des habitants sont locataires,
- 60 % des habitants sont propriétaires

Conclusion :

Le quartier Vauban constitue un nouveau quartier innovant offrant une qualité de vie exceptionnelle conciliant ambiance urbaine et vie familiale. Une diversité sociale, une diversité dans les couleurs, les matériaux, dans les volumétries qui produisent autant de variations architecturales dans un environnement réglementaire structuré : unité d’alignement, unification dans le traitement du sol, densification, maîtrise avec des objectifs environnementaux importants : gestion de l’eau, gestion de l’énergie, gestion des déchets, gestion de la mobilité, fait du quartier Vauban un exemple en direction des futures générations et des professionnels de l’aménagement et de la construction.


(1) RANSON I., Le nouveau quartier Vauban à Fribourg/Brsg, CEDIPELP (Centre de Documentation International pour le développement, les Libertés et la Paix), mai 1998.